La causalité en démographie. INED, 28 Mars

Conférence de Herbert Smith (University of Pennsylvania).

Le 28/03/11 à l’Ined, salle Sauvy

Dans la littérature anglo-saxonne, l’idée du critère (ou principe) de « manipulation » dans l’étude des liens de causalité est débattue. Cette idée ? Que la différence entre deux états d’être ne peut pas constituer un « effet d’une cause » en soi sauf quand les tels états (ou conditions) sont sujets à la manipulation dans le sens d’une expérience, où l’expérimentateur peut assigner aléatoirement (de manière réelle ou virtuelle) les sujets à ces conditions. C’est un peu un casse-tête, car conceptuellement l’expérience est fortement présente dans la définition (contemporaine, moderne, statistique, anglo-saxonne) de « l’effet d’une cause » mais parmi les scientifiques en sciences sociales (surtout démographes) on a tendance à tenter d’identifier les causes dans des faits plus ou moins immuables, comme le sexe ou l’âge. Effectivement, la liste des « causes » potentielles dans la littérature est longue, mais la liste des facteurs, surtout au niveau individuel (où nous collectons la plupart de nos données) ne l’est pas. Dans ce contexte, le critère de manipulation est un invité imprévu, voire malvenu. Que faire ? Bien sûr, on peut étendre la définition d’une cause afin qu’elle convienne à nos habitudes, et il y a toujours beaucoup à dire pour le pluralisme et la tolérance, en science comme ailleurs. Mais si on se pose la question, « ce langage de causalité, pourquoi nous intéresse-t-il tant ? » on revient sur l’idée que, au fond, on s’efforce de découvrir ce qui va se passer si nous faisons quelque chose, quand nous agissons.

http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/lundis_ined/bdd/rendez_vous/516/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts


Publié par

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search