AaC : Tracés, les êtres collectifs

La revue Tracés consacre son numéro 29 à l’action des êtres collectifs. Il s’agira de regrouper des contributions empiriques et épistémologiques issues de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales visant à étudier, à interroger et à expliciter les modes d’existence, d’apparition et d’action des êtres collectifs. Dans quelles situations les individus sont-ils amenés à en faire la rencontre ? Quels sont les dispositifs qui en assurent la consistance ? Quelles solutions les sciences sociales mobilisent-elles pour traiter de ces êtres collectifs ?

 

http://traces.hypotheses.org/1369

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Programme 2013 – 2014

Depuis 2008, l’atelier CoFSS associe des chercheurs en sciences sociales (histoire, sociologie, science politique etc.) et des philosophes des sciences qui souhaitent travailler en commun à une meilleure connaissance des présupposés engagés dans les modes de raisonnement et les pratiques d’enquête des sciences sociales. Le séminaire aura lieu cette année au second semestre, le jeudi de 10h à 12h30, au Centre Cavaillès de l’Ecole Normale Supérieure (29 rue d’Ulm). Pour être tenu au courant des informations du groupe, inscrivez-vous à la mailing-list en envoyant un email à eollion<a.t.>ens.fr.

13 mars : La causalité en sciences sociales

Présentation de Gabriel Abend, “Styles of Causal Thought: An Empirical Investigation”

Discutants : Isabelle Drouet (Paris 4), Etienne Ollion (ENS)

 

22 mai : Séance autour des travaux de Michel Dobry,

En présence de  Michel Dobry.

 

19 juin : L’événement, un objet pour les sciences sociales? (salle à préciser)

Responsables de la séance : Florence Hulak (Université Paris 8), Laurent Jeanpierre (Université Paris 8), Florian Nicodème (ENS)

Résumé : On qualifie usuellement d’”événement” ce qui arrive de façon singulière et inédite. Or les procédures d’explications utilisées en sciences sociales supposent de comparer des cas qualifiés de semblables. Comment les sciences sociales peuvent-elles donc rendre raison des événements ? Sont-elles véritablement en mesure de les expliquer, ou doivent-elles se contenter de les interpréter ? Cette séance examinera les difficultés propres au concept d’événement en sciences sociales et les voies qui ont pu être empruntées pour tenter de les résoudre.

 

Horaire et lieu des séances : 10h-12h30, Centre Cavaillès, 29 rue d’Ulm

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Ateliers Condorcet Philosophie et sciences sociales

Ateliers Condorcet Philosophie et Sciences sociales
– objets communs, migrations conceptuelles

Les ateliers Philosophie et sciences sociales sont co-organisés par l’équipe Philosophies Contemporaines – NoSoPhi (EA 3562, Université Paris I Panthéon-Sorbonne) et l’Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER) de l’EHESS. Ils sont labellisés Ateliers Campus Condorcet et financés par l’EPCS Campus Condorcet pour l’année 2012-2013.

Organisation
Mélanie Plouviez, post-doctorante, Institut Michel Villey / Philosophies Contemporaines – NoSoPhi
Gildas Salmon, Chargé de recherche CNRS, Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER)

Présentation des ateliers
L’atelier Philosophie et sciences sociales se propose de réunir sociologues, anthropologues, économistes, linguistes et philosophes. Plutôt que de mener une réflexion épistémologique sur les rapports entre ces disciplines, cet atelier entend confronter les approches respectives qu’elles proposent d’objets qui leur sont partiellement communs. En mettant à chaque fois la démarche et les résultats d’une de ces sciences sociales à l’épreuve des questionnements issus des autres disciplines, nous voudrions saisir tout à la fois la pertinence des  différences disciplinaires et les points de passage où les frontières se brouillent. Notre objectif est ainsi double : d’une part, faire vivre ce dialogue interdisciplinaire aujourd’hui, d’autre part, retracer historiquement la manière dont il a contribué, à travers des migrations de problèmes, de concepts et de méthodes, à façonner ces disciplines dans leurs différences mêmes.

L’atelier Philosophie et sciences sociales est organisé autour d’une thématique annuelle transversale aux sciences sociales confrontées. Il consiste en quatre demi-journées structurées autour d’interventions sur un même objet de deux spécialistes des disciplines confrontées, suivies d’une discussion.

Thématique 2013 : les usages sociaux de la langue
L’objectif de cet atelier est de comprendre la manière dont l’émergence de la sociolinguistique dans les années 1960 vient reconfigurer les relations entre linguistique, sociologie, et philosophie du langage. La linguistique et la sociologie n’ont certes pas attendu l’émergence de la sociolinguistique pour nouer des relations privilégiées : que l’on songe aux transferts et aux emprunts mutuels qui se jouent au début du XXe siècle entre l’école durkheimienne et la linguistique saussurienne, ou encore à l’effort mené par le structuralisme pour étendre le modèle linguistique à l’ensemble des sciences sociales. À cet égard, la nouveauté de l’approche introduite par William Labov tient moins à la mise en rapport de savoirs hétérogènes qu’au statut accordé à la variation : à l’aide de nouvelles techniques d’enquête, le sociolinguiste parvient à objectiver un ensemble de variations stylistiques qui étaient mises hors-circuit par les approches structurales, et qui correspondent à une stratification sociale des usages de la langue.

Comment cette redéfinition du problème de la variation affecte-t-il le programme théorique de la linguistique dans un contexte où la grammaire générative, sous l’impulsion de Chomsky, arrache la langue aux sciences sociales pour en faire l’objet d’une science naturelle ? De quelle manière et dans quelle mesure la corrélation entre stratification sociale et stratification grammaticale mise au jour par la sociolinguistique a-t-elle été prise en compte par les grands programmes de recherche sociologique, et modifié la définition même de ce qu’est une société (sociologie bourdieusienne, sociologie pragmatique) ? Les variations sociales des  usages de la langue laissent-elles intacte la tradition philosophique d’analyse des actes de langage : si tout énoncé incorpore des marques du statut social du locuteur qui conditionnent sa réception et ses effets, comment repenser les concepts austiniens d’une manière qui les rende plus opératoire dans l’enquête ?

Premier atelier : Approches historiques du problème de la variation sociale – mardi 9 avril 2013, 14h-17h
14h-15h  Bernard Laks, Professeur de linguistique à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Pourquoi y a-t-il de la variation plutôt que rie n ? Pour une linguistique darwinienne »

15h-16h Patrice Maniglier, Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Calcul à Cultures : la question de la variation dans l’histoire du structuralisme et de l’intelligence artificielle »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Second atelier : Bourdieu et la sociolinguistique  – jeudi 16 mai 2013, 15h-17h
Cette séance est organisée conjointement par les ateliers Philosophie et sciences sociales et le séminaire Relectures de Pierre Bourdieu de l’EHESS.

15h-16h Michel de Fornel, Directeur d’études en sociolinguistique à l’EHESS
« Bourdieu et l’analyse du langage »

16h-17h Discutants :
1/ Bruno Karsenti, Directeur d’études en philosophie à l’EHESS
2/ Gildas Salmon, Chargé de recherche en philosophie, Institut Marcel Mauss
Lieu : amphithéâtre François-Furet, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Troisième atelier : La théorie des actes de langage à l’épreuve de la sociolinguistique – jeudi 12 septembre 2013, 14h-17h
14h-15h Bruno Ambroise, Chargé de recherche en philosophie, CURAPP
« Actes de parole, conventions et société : quelle(s) détermination(s) sociale(s) de l’efficacité discursive ? »

15h-16h Béatrice Fraenkel, Directrice d’études, Chaire « Anthropologie de l’écriture », EHESS
« Des actes d’écriture ? Usages anthropologiques d’Austin »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Quatrième atelier : Quelle place pour la sociolinguistique dans la sociologie pragmatique ? – jeudi 3 octobre 2013, 14h-17h
14h-15h  Cyril Lemieux, Directeur d’études en sociologie à l’EHESS
« De la pragmatique linguistique à la sociologie pragmatique : principes communs et déplacements »

15h-16h Gabriel Bergounioux, Professeur de linguistique à l’Université d’Orléans
« La construction langagière du monde social : de la représentation à la critique »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Conférence: Causalité et probabilités

Causalité et probabilités : de l’analyse conceptuelle à la méthodologie scientifique

Centre Cavaillès, 24 avril, 13H30 (attention au changement de date par rapport au programme initial)

Isabelle Drouet
Où en sommes-nous de l’inférence de connaissances causales à partir de prémisses probabilistes ? L’objet de mon exposé est de répondre à cette question en prenant en compte les développements méthodologiques les plus récents. Je commencerai par présenter les théories philosophiques du concept de cause et par mettre en évidence ce qui fait obstacle à la transposition de ces théories, même satisfaisantes, du domaine de l’analyse conceptuelle à celui de la méthodologie scientifique. Je montrerai comment les différentes méthodes aujourd’hui disponibles pour inférer des connaissances causales à partir de prémisses probabilistes peuvent être conçues comme mettant en oeuvre autant de stratégies de contournement des obstacles mis en évidence. Parmi les méthodes et outils d’inférence causale, j’accorderai une attention particulière aux essais cliniques randomisés et aux réseaux bayésiens.
Programme du séminaire hasard : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/activites-56/seminaires-2012-2013-173/article/seminaire-hasard-2012-2013
Accès au Centre Cavaillès : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/article/acces-au-centre-cavailles

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes

Parution de Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques théoriques », 2013, 314 p.

Qu’est-ce que comparer deux sociétés, deux institutions ou deux mythes ? C’est à partir de cette question qu’on peut comprendre l’œuvre de Lévi-Strauss.

Au lieu de répertorier les ressemblances entre les cultures, il choisit de faire de leurs différences le moteur de la comparaison. Ce geste, qui trouve son point d’aboutissement dans les Mythologiques, est indissociable d’une thèse sur la production des phénomènes culturels : chaque société forge ses mythes et ses rites en traduisant et en déformant ceux de ses voisines. Comparer ne se réduit donc pas à classer les faits sociaux, mais devient un moyen de saisir le fonctionnement de l’esprit humain aux points de contact entre les cultures, d’éclairer les opérations mentales par lesquelles elles construisent leurs différences.

C’est dans l’étude des mythes que ce redéploiement du savoir anthropologique s’est opéré. Afin d’en éclairer les enjeux, ce livre retrace une histoire conceptuelle qui passe par Tylor, Granet, Dumézil, mais aussi Freud, Saussure et Jakobson. Il conduit à une réinterprétation de la notion de structure : loin de figer la vie sociale dans des modèles immuables – comme on le lui a souvent reproché –, elle est une manière de décrire les dynamiques de transformation qui amènent chaque culture à affirmer une identité distinctive.

L’auteur :

Agrégé et docteur en philosophie, Gildas Salmon est chercheur au CNRS (LIER – Institut Marcel Mauss). Ses recherches portent sur l’histoire et l’épistémologie des sciences sociales (en particulier l’anthropologie), et sur la philosophie de l’esprit. Il travaille actuellement à une histoire du comparatisme aux XIXe et XXe siècles.

Table des matières :

Introduction

Première partie : La fin de la mythologie

Chapitre 1 : De la mythologie comparée à l’analyse transformationnelle

Chapitre 2 : Critique de la critique philologique

Chapitre 3 : Structure et diffusion

Deuxième partie : déplacement, condensation, transformation

Chapitre 4 : Travail du rêve et travail du mythe

Chapitre 5 : La re-production des mythes

Chapitre 6 : Les conditions d’une science de l’intertextualité

Troisième partie : Une théorie sémiologique de l’esprit

Chapitre 7 : Les incongruités de la pensée symbolique

Chapitre 8 : Anthropologie structurale et anthropologie cognitive, le problème du savoir symbolique

Conclusion

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Programme de l’année 2012-2013

Le séminaire continue en 2012-2013. Il aura lieu le jeudi de 16h30 à 19h00 dans les locaux de l’ENS, Boulevard Jourdan (salle de réunion du bâtiment F, sauf indication contraire). Pour être tenu au courant des informations du groupe, inscrivez-vous à la mailing-list en envoyant un email à eollion<a.t.>ens.fr.

24 janvier : Différents types de modèles en sciences sociales, quelques points de comparaison (salle de réunion du batiment B). Responables de la séance : Fabien Accominotti (Université Columbia), Isabelle Drouet (IHPST), Samuel Coavoux (Centre Max Weber)

21 février : La comparaison en science sociales (salle F)
Responsables de la séance : Mathieu Hauchecorne (Printemps), Étienne Ollion (CSO)
Le recours à la comparaison en sciences sociales est souvent présenté comme un élément à la fois constitutif des disciplines et nécessaire à leur scientificité. Durkheim y voyait un équivalent possible de la démarche expérimentale des sciences de la nature, et Weber l’a mise au coeur de sa démarche en élaborant la notion d’idéal-type. La séance vise à revenir sur les différentes manières dont la comparaison est mise en oeuvre aujourd’hui dans les sciences sociales et sur les questions qu’elle soulève en se centrant sur quelques débats récents, comme ceux qui ont entouré l’analyse qualitative comparée (Ragin), ou les recherches sur les circulations transnationales ou en histoire croisée.

28 mars : Austin Powers : la notion de performativité et ses usages en sciences sociales (salle 8)
Intervenant : Bruno Ambroise (CURAPP)
Discutants : Mathieu Hauchecorne (Printemps), Elsa Rambaud (CESSP)
La séance reviendra sur la pensée du philosophe britannique John L. Austin et sur ses usages en SHS. L’exposé se centrera en particulier sur la manière dont ont été théorisées chez ce dernier les notions de performatif et d’acte de parole, afin de comprendre ce qui est en jeu dans l’idée d’un pouvoir du langage. On analysera ce faisant comment ces notions s’articulent avec plusieurs concepts centraux attachés à la philosophie du langage ordinaire (« conditions de félicité », « intention », « convention », « illocutoire », « autorité » etc.). La discussion portera sur les appropriations de ces concepts en sciences sociales, notamment en histoire intellectuelle, sociologie pragmatique, sociologie des sciences et sociologie économique, et théories du genre.

25 avril : Des conséquences inattendues d’un paradigme émergent. Robert K. Merton et l’avènement contrarié d’une sociologie de la connaissance scientifique (salle F)
Intervenant : Arnaud Saint Martin (Printemps)
Discutant : Olivier Roueff (CRESSPA)
La séance reviendra sur la genèse et les redéfinitions du programme mertonien de sociologie des sciences et sur les critiques formulées à son encontre par les protagonistes des science studies. En revenant sur certains lieux communs attachés à cette histoire, la séance permettra aussi de se demander en quoi la sociologie des science interroge certaines des croyances usuelles de l’analyse sociologique.

3 juin : L’événement, un objet pour les sciences sociales? (salle à préciser)
Responsables de la séance : Florence Hulak (IEA Paris), Laurent Jeanpierre (Labtop), Florian Nicodème (ENS)
On qualifie usuellement d’« événement » ce qui arrive de façon singulière et inédite. Or les procédures d’explications utilisées en sciences sociales supposent de comparer des cas qualifiés de semblables. Comment les sciences sociales peuvent-elles donc rendre raison des événements ? Sont-elles véritablement en mesure de les expliquer, ou doivent-elles se contenter de les interpréter ? Cette séance examinera les difficultés propres au concept d’événement en sciences sociales et les voies qui ont pu être empruntées pour tenter de les résoudre.

27 juin : Séance autour des travaux de Michel Dobry (salle à préciser)

Adresse :
Ecole Normale Supérieure
48, Boulevard Jourdan
75014 Paris

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Séminaire INED/SFS le 25 juin sur la causalité en SHS

La causalité en sciences humaines et sociales : expliquer, modéliser, mesurer ?

Lundi 25 juin 2012 de 9h à 17h30

Ce colloque est organisé conjointement par le Service des enquêtes et des sondages, le Service des méthodes statistiques de l’Ined et la Société Française de Statistique et se tiendra à Institut Henri Poincaré (amphithéâtre Hermite) 11 rue Pierre et Marie Curie • Paris 5e (RER Luxembourg)

Matin

  • Bruno Falissard (faculté de médecine Paris-Sud, Inserm U669) : A propos du flou conceptuel qui entoure la notion de causalité dans le monde de la recherche biomédicale
  • Arnaud Bringé (Ined) et Stéphane Legleye (Ined) : Présentation du jeu de données simulé reproduisant un cas classique d’enquête observationnelle et présentation de la mesure de l’effet causal par une méthode classique, qui sera comparé à une autre méthode d’estimation
  • Antoine Chambaz (MAP5, Université Paris-Descartes) : Méthode d’estimation par le maximum de vraisemblance ciblé (TMLE: targeted maximum likelihood estimation) et mesure de l’effet causal sur le jeu de données simulées et Questions sur le TMLE
  • Federica Russo ( Center Leo Apostel, Vrije Universiteit Brussel, Centre for Reasoning University of Kent) : Qu’est-ce qu’un modèle? Réflexions philosophiques à partir de l’analyse causale en sciences sociales

Après-midi

  • Isabelle Drouet (Université Paris-Sorbonne et Logiques de l’agir, Université de Franche-Comté) et Jean-Mathias Fleury (Collège de France) : Panorama des approches dominantes contemporaines de la causalité et réflexion sur la notion de normativité
  • Maximilian Kistler (Université Paris 1 et IHPST) : La notion d’intervention
  • Daniel Courgeau (Directeur de recherche émérite Ined) : Peut-on parler de causalité en sciences sociales ? Les approches contrefactuelle et mécaniste

Accès libre sur inscription à l’adresse : http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/rencontres_statistique_appliquee/
Pour tout autre renseignement contacter Bénédicte Garnier (benedicte.garnier@ined.fr)

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Séance du 8 juin : Jacques Revel invité à l’atelier CoFSS

La séance aura exceptionnellement lieu le vendredi 8 juin, de 10h à 12h30, en salle Celan de l’Ecole normale supérieure (45 rue d’Ulm 75005 Paris).

Les textes liés à la séance peuvent être trouvés dans l’espace de travail.

Jacques Revel est historien et directeur d’études à l’EHESS. Il a édité la revue des Annales de 1975 à 1980, et appartient depuis au collectif qui l’anime. Spécialiste de l’histoire sociale et culturelle européenne à l’époque moderne, il s’est orienté depuis la fin des années 1970 (et plus nettement encore depuis les années 1990) vers la réflexion historiographique et épistémologique. Ce choix personnel correspond à un moment historiographique. Le développement de la réflexion sur l’histoire est alors impulsé par la mise en cause du paradigme unifié qui avait dominé l’école des Annales des années 1950 aux années 1970 : celui d’une histoire socio-économique de longue durée, dans lequel la culture n’apparaissait que comme un épiphénomène et les individus comme des membres de classes socio-professionnelles.

Jacques Revel regroupe dans l’introduction de son principal recueil d’articles [Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Galaade Editions, 2006] ses réflexions épistémologiques autour de trois thèmes, liés les uns aux autres, qui sont aussi trois aspects de la critique de l’histoire socio-économique de la génération précédente des Annales. Chacun de ces trois thèmes peut être lu comme une réflexion sur un « inobservable ».

1.    Les ensembles sociaux. Comment s’effectue le repérage des ensembles sociaux (groupes, classes..), et à partir de quels critères (économiques, sociaux culturels..) ? Jacques Revel critique l’histoire socio-économique qui situe les individus dans des catégories données d’avances (socio-professionnelles) sans s’intéresser aux usages sociaux des identités.

2.    La « culture » en histoire. Il rejette la perspective psychologique des historiens des Annales de la génération précédente. Il montre qu’il ne faut pas  concevoir les individus comme les porteurs de représentations ou d’une mentalité propres à leur groupe, mais bien plutôt s’intéresser aux usages sociaux des catégories culturelles et aux appropriations individuelles des objets culturels.

3.    Le changement historique. Il s’agit d’en rendre raison en évitant à la fois les écueils fonctionnalistes et individualistes. Il faut pouvoir rendre compte du niveau micro-historique des actions et interactions individuelles et l’articuler au niveau macro-historique où apparaissent les changements sociaux.

4.    A ces trois thèmes, on peut ajouter le travail méthodologique et épistémologique qu’il conduit au sujet de la notion de singularité en histoire et, plus généralement, dans toutes les sciences humaines. Il questionne alors l’unité et la cohérence d’une pensée par cas qui caractériserait ces dernières, à travers les pratiques et les méthodes qui cherchent à rendre une singularité intelligible, ni par sa seule description, ni par sa réduction à un concept universel, mais au moyen de la description d’une autre singularité.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

F. Hulak, Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Florence Hulak intitulé Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch, paru chez Hermann, coll. Philosophie.

Célébré comme l’un des plus grands historiens du vingtième siècle, Marc Bloch n’a guère été lu par les philosophes. Son œuvre est pourtant porteuse d’une vision inédite de l’histoire, aujourd’hui encore éclairante pour la philosophie comme pour les sciences humaines. Dans le sillage de la sociologie durkheimienne, Bloch fonde la science historique sur l’observation directe et la comparaison, plutôt que sur l’interprétation d’un passé inaccessible. Le principe de synthèse de la connaissance historique est chez lui proprement social, et non psychologique ou géographique, comme chez l’autre fondateur des « Annales », Lucien Febvre. Mais si, des « Rois Thaumaturges » à « La Société Féodale », Bloch assume l’ambition proprement explicative des sciences sociales, il reconnaît que la matière historique ne se laisse pas complètement ordonner. L’histoire blochienne s’attache à ce qui résiste à la compréhension synthétique du passé, aux décalages temporels et idéologiques qui révèlent les limites de toute structuration symbolique. Elle déjoue par là l’opposition stérile entre structures et historicité. Elle peut ainsi concevoir le rôle politique de l’historien comme l’introduction d’écarts au sein des récits mémoriels, qui permettent d’en subvertir le sens.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Sous la responsabilité d’Emmanuel BAROT, Jérôme LAMY, Simone MAZAURIC, Arnaud SAINT-MARTIN et Guillaume SIBERTIN-BLANC.

Vendredi 11 mai et samedi 12 mai (9h-18h)

Salle des Médailles, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis 75005 Paris

Colloque international organisé avec le séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre » (CHSPM, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), et avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri.

L’objet du colloque est d’explorer l’idée d’histoire sociale des sciences et des techniques née au cours des années 1930 dans le giron marxiste, autant dans ses assises épistémologiques et ses visées inaugurales que dans ses devenirs pluriels et ses actualités.

L’enjeu est d’examiner comment le faire science repose sur, et se traduit par, un régime d’historicité dont l’appréhension requiert d’articuler la totalité des paramètres (formels, conceptuels, idéologiques, technologiques, anthropologiques, institutionnels, économico-sociaux, etc.) qui interviennent dans les procès de production des objectivités. Un fil rouge majeur de cette enquête sera livré par Marx et les traditions marxistes, puisque celui-ci fut parmi les premiers à examiner systématiquement les voies par lesquelles l’incorporation des connaissances scientifiques, de l’industrie à l’agriculture, à la production capitaliste via l’ingénierie et la technologie, contribue à façonner l’objectivité scientifique, et par là à marquer les ordres symboliques, à modeler les paysages sociaux et culturels autant qu’à bouleverser en permanence l’économie des rapports des classes et des forces sociales. À l’heure de « l’immatériel », des nanobiotechnologies et des ordinateurs quantiques, mais aussi du benchmarking et du h-index comme emblèmes d’innovantes formes de « l’incorporation de la science au capital », ce seront ainsi des analyses empiriques variées et des articulations conceptuelles renouvelées que le colloque s’efforcera d’offrir. In fine la volonté sera d’extraire autant que possible les divers enjeux soulevés d’une insularité critique qui serait, si elle devait durer, des plus dommageables. Le colloque questionnera donc les enjeux et les actualités de cette histoire sociale des sciences avec l’ambition de faire date sur le sujet, en articulant deux axes : il s’attachera d’abord à sa genèse, sa réception immédiate et ses postérités successives, c’est-à-dire à son (éventuelle) identité disciplinaire, pour ensuite en éprouver la validité à l’occasion d’une étude élargie des reconfigurations subies aujourd’hui par les diverses formes de l’activité scientifique sous les pressions du capitalisme néolibéral.

Intervenants :

Emmanuel Barot (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), Christian Gilain (émérite, UPMC), Isabelle Gouarné (post-doctorante à l’EHESS), Simon Gouz (ATER Lyon 1), Jérôme Lamy (post-doctorant au LISST-CAS, Université Toulouse II-Le Mirail), Simone Mazauric (émérite, Université de Nancy 2), Dominique Pestre (EHESS), Arnaud Saint-Martin (CNRS, PRINTEMPS, Université Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), Simon Schaeffer (Cambridge), Guillaume Sibertin-Blanc (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), André Tosel (émérite, Université de Nice).

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

I. Drouet: Causalités, Probabilités et Inférences

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage d’Isabelle Drouet intitulé Causes, probabilités, inférences, aux Editions Vuibert.

 Extrait de la quatrième de couverture

La définition de la causalité est une question centrale en philosophie des sciences qui, si elle suscite l’intérêt des philosophes depuis l’Antiquité, s’est vu profondément renouvelée depuis le milieu du xxe siècle. Ainsi, la philosophie de la causalité constitue aujourd’hui un domaine très dynamique. Néanmoins, les avancées dans l’analyse du concept de cause sont restées largement indépendantes des méthodes utilisées dans les sciences expérimentales pour identifier les relations causales.

Le principal objectif de cet ouvrage est donc de reconnecter l’analyse philosophique du concept de cause et la méthodologie scientifique. Pour cela, il montre la place majeure occupée aujourd’hui par les approches probabilistes. D’un côté, en effet, les théories probabilistes ont joué un rôle moteur dans le renouveau récent de la philosophie de la causalité. De l’autre, des avancées méthodologiques récentes parmi les plus remarquables concernent l’identification des relations causales à partir de données statistiques.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Une étude sur l’écriture sociologique

Jean-Yves Trépos, L’écriture de la sociologie. Essai d’une épistémologie du style en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2012, 325p.
En sciences sociales, l’écriture est rarement un sujet de préoccupation à l’égal de la théorie, de la méthodologie ou de l’enquête de terrain. Ce livre s’attache au contraire à montrer, à partir du cas de la sociologie et de dépouillements pour partie aléatoires et pour partie systématiques de corpus de revues (The Sociological Review, The British Journal of Sociology, Science as Culture, Sociologie du travail, Revue française de sociologie, Actes de la recherche en sciences sociales), qu’il s’agit d’une dimension essentielle de la production de savoirs sur les sociétés. Le livre fait le constat des contraintes académiques, d’écoles de pensée, de cultures nationales qui pèsent sur l’écriture et essaie de dégager les bases d’une étude des singularités de style en sociologie.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales à Amiens

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales 2011-2012

États de la controverse Bourdieu/Boltanski

Organisé par Bruno AMBROISE (CNRS) et Laurent PERREAU (Université de Picardie Jules Verne)

 Le séminaire a lieu au second semestre un vendredi par mois, Salle 313, au Pôle Cathédrale, 10 placette Lafleur, 80000 Amiens

 Dans le cadre du projet émergent « Epistémologie de la critique en sciences sociales », financé par la MESHS de Lille, l’axe 2 du CURAPP-ESS renouvelle cette année son séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des sciences sociales, qui sera consacré aux états de la controverse Bourdieu/Boltanski. Il s’agira de retracer, thématiquement et chronologiquement, la rupture (et l’éventuel retour ?) qui s’est établie entre les travaux de Bourdieu et ceux de Boltanski et d’étudier en quoi elle traduit une rupture épistémologique, indexée notamment sur le statut de la critique, le rapport à la vérité et le sens de l’action.

La première séance sera consacrée à une présentation des deux figures, basée sur la lecture et l’étude des textes suivants : L. Boltanski & P. Bourdieu, « La production de l’idéologie dominante » (ARSS, 1976), et L. Boltanski, Rendre la réalité inacceptable (Démopolis, 2008). Les séances suivantes aborderont en particulier, de L. Boltanki et L. Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur (Gallimard, 1991), puis à nouveau Rendre la réalité inacceptable et De la critique (Gallimard, 2010).

 Calendrier : – vendredi 20 janvier 2012 de 13h30 à 15h30

              – vendredi 17 février 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 30 mars 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 13 avril 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 11 mai 2012 de 10h30 à 12h30

Ces séances sont ouvertes à tous.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Girard, Hulak (dir.) Philosophie des sciences humaines, Vrin

sous la direction de Florence Hulak et Charles Girard

 

Les sciences humaines ont en partage des concepts. L’histoire et la géographie, la sociologie et l’anthropologie, l’économie et la linguistique, la psychologie et la psychanalyse trouvent leur unité dans l’usage divers qu’elles en font, plutôt que dans un objet commun aux contours incertains. Pour s’établir comme sciences, elles ont dû affronter les problèmes épistémologiques, ontologiques et pratiques qu’ils suscitent ou révèlent.

En s’efforçant d’éclairer le sens et l’efficace de ces concepts, en rendant compte de l’articulation et de l’évolution de ces problèmes, la philosophie peut contribuer au développement des sciences humaines. Elle ouvre aussi pour elle-même un accès plus sûr à leurs savoirs et questionnements, sans lesquels elle ne saurait désormais avancer.

Les contributions réunies dans ce recueil explorent, dans cette perspective, neufs concepts essentiels : la causalité, les normes, l’interaction, l’événement, la nature, la société, l’inconscient, l’expérimentation et la neutralité.

Table des matières

Introduction par Florence Hulak et Charles Girard

“La causalité” par Pierre Demeulenaere
“Les normes” par Ruwen Ogien
“L’interaction” par Céline Bonicco-Donato
“L’événement” par Florence Hulak
“La nature” par Pierre Charbonnier
“La société” par Eva Debray
“L’inconscient” par Claire Pagès
“L’expérimentation” par Stéphanie Dupouy
“La neutralité” par Francesco Callegaro et Charles Girard

Vrin, Bibliothèque d’histoire de la philosophie, 2011

280 pages, 12 euros

 

Plus d’informations sur le site de Paris-IV. 

http://www.rationalites-contemporaines.paris4.sorbonne.fr/spip.php?article669

 

 

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

CoFSS: programmation 2011-2012

Thème de la deuxième année de l’atelier : Les inobservables en sciences sociales

 

La deuxième année de l’atelier CoFSS (Comment fait-on des sciences sociales ?) sera consacrée aux inobservables en sciences sociales. Tout comme les sciences de la nature, les sciences sociales mobilisent en effet couramment dans leurs raisonnements des entités qui ne tombent pas directement sous les sens : « intentions », « préférences », « intérêts », « dispositions », « champs », « structures », « chômage structurel », « conscience de classe », « anticipations », etc. De même que les « électrons » ou les « forces » qu’étudient les sciences de la nature, de nombreuses entités mobilisées par le sociologue, l’économiste ou l’historien ne se donnent jamais à voir directement, mais seulement à partir de leurs traces, de leurs instanciations particulières ou encore des effets qu’on leur impute. Ces entités sont d’autant plus fréquentes en sciences sociales qu’elles résultent non seulement du travail théorique, mais encore de la dimension symbolique des objets d’étude.

Le recours aux inobservables en sciences sociales n’a pas suscité chez les philosophes des sciences un intérêt analogue à celui qu’ils ont manifesté à propos des sciences de la nature, notamment dans le cadre des débats entre réalistes et anti-réalistes. Ce recours n’en soulève pas moins de nombreuses questions. Quelles entités enrôle-t-on dans les descriptions et les explications des phénomènes sociaux sans pouvoir les observer directement ? Pourquoi le fait-on ? Et comment le fait-on ? Les inobservables dont parlent les sciences sociales constituent-ils des entités réelles ou des « fictions commodes » que justifient les seules fins du raisonnement ? Quelle fonction leur revient dans le raisonnement sociologique, historique ou économique ? Au moyen de quelles techniques les sciences sociales parlent-elles de leurs inobservables et comment les justifient-elles? En essayant de se tenir au plus près du travail concret mis en œuvre par les praticiens de ces disciplines, les différentes séances de l’atelier viseront à croiser questionnements ontologiques, épistémologiques et méthodologiques en se centrant sur des cas d’inobservables particuliers.

 

Mardi 18 octobre : Réunion de rentrée

Mercredi 23 Novembre : La notion de disposition en philosophie et en sciences sociales (JM Fleury, R. Pudal)

Mardi 24 janvier: Constructions et représentations mentales: les inobservables de la psychologie? (S. Dupouy, J. Sackur)

Mardi 21 février :  Les modèles de champ à l’épreuve des relations concrètes (L. Bernard, F. Godart, M. Hauchecorne, O. Roueff)

Mercredi 28 mars : La notion d’intérêt en sciences sociales (F. Briatte, M. Hauchecorne, A. Lentacker)

Mardi 29 mai : TBD

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg).
Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts