L’atelier CoFSS

L’atelier CoFss réunit des philosophes – en particulier des philosophes des sciences – et des chercheurs en sciences sociales – qu’il s’agisse de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire, de la science politique… – qui souhaitent travailler en commun à une meilleure connaissance des présupposés engagés dans les pratiques d’enquête en sciences sociales.

Il est coordonné par Isabelle Drouet (IHPST), Stéphanie Dupouy (ENS-Ulm), Mathieu Hauchecorne (CMH / CERAPS), Etienne Ollion (CMH) et Olivier Roueff (PRINTEMPS).

*

Les chercheurs en sciences sociales se trouvent régulièrement confrontés, à l’occasion de leur pratique, à des questions qui touchent au statut de leur discipline et des connaissances qu’ils produisent, à ce qui fait la scientificité de leur démarche ou à ce qui distingue le type de scientificité qui est mis en oeuvre dans l’approche des faits sociaux. Plus spécifiquement, il leur arrive souvent d’avoir le sentiment que les modèles explicatifs qu’ils ont l’habitude de manier, les concepts qu’ils mobilisent quotidiennement, les inductions qu’ils opèrent ou la manière dont ils administrent la preuve, butent sur leurs objets ou ne s’ajustent pas à leurs objectifs. Parmi les questions qui se posent alors, on peut citer ici les questions suivantes : À quelles conditions peut-on attribuer une disposition à un individu et quel est le sens de cette attribution ? Peut-on établir des « lois » ou des relations de « causalité » dans le cadre d’une étude de « cas » ? Le caractère situé des faits sociaux invalide-t-il toute prétention à la généralisation ? Que voulons-nous dire quand nous écrivons qu’un comportement est « déterminé » par un ensemble de facteurs (et pouvons-nous le dire) ? Peut-on traiter les « variables » comme des entités autonomes pour en étudier les effets ? La connaissance du sociologue diffère-t-elle vraiment de celle des « indigènes » qu’il étudie ?

Pour répondre à de telles questions, l’épistémologie des sciences sociales n’est souvent que d’un faible secours. Dans les cours d’initiation dispensés aux étudiants en sciences sociales, elle est généralement réduite à quelques passages obligés très généraux et non spécifiques aux sciences sociales (tels l’évocation de la « falsifiabilité » chez Popper), sans qu’on se soucie ni de l’actualité de ces références chez les philosophes des sciences de profession, ni de leurs implications pratiques en matière de recherche ou d’écriture (sous quelles conditions un énoncé est-il « falsifiable » ? doivent-ils tous l’être ? par exemple). En outre, les rares travaux consacrés à l’épistémologie des sciences sociales, qu’ils soient le fait de philosophes ou de membres de la discipline, se cantonnent le plus souvent à une étude des textes classiques, ou alors se concentrent sur des problèmes de théorie de la décision et de définition de la rationalité qui ne font guère écho au travail empirique de la majorité des chercheurs en sciences sociales. Tendent ainsi à coexister en France une épistémologie des sciences sociales sans prolongement empirique d’un côté, et une pratique de la recherche dont les postulats et principes généraux demeurent dans l’ombre.

L’objectif de cet atelier est d’élaborer des réponses à certaines des questions épistémologiques qui se posent dans le cadre de la pratique des sciences sociales. L’atelier associe des chercheurs en sciences sociales et des philosophes (philosophes des sciences en particulier) qui souhaitent travailler en commun à une meilleure connaissance des présupposés engagés dans les pratiques d’enquête en sciences sociales. Si la recherche contemporaine est héritière des réflexions des pères fondateurs de la discipline ou de manifestes plus récents, les méthodes et les grilles analytiques des sciences sociales ont connu d’importantes transformations ces dernières décennies. En témoignent l’essor d’une véritable ethnographie sociologique, un souci plus grand d’historicisation et de recours à l’archive, ou le dépassement de clivages anciens comme l’opposition entre analyse des données et statistiques inférentielles. De l’autre côté, la philosophie des sciences s’est elle aussi considérablement renouvelée au contact de diverses influences, depuis la philosophie analytique jusqu’à l’analyse des points de vue scolastiques, ethnocentriques ou genrés qui sont impliqués dans la démarche scientifique. Le temps d’une réflexivité raisonnée sur ces manières contemporaines de faire de la recherche est probablement venu. Loin de toute épistémologie normative ou de toute spéculation abstraite sur les concepts, on voudrait ainsi s’efforcer de mettre en regard la pratique empirique contemporaine et les réflexions épistémologiques les plus actuelles afin d’expliciter ce qu’on pourrait appeler un sens pratique scientifique En d’autres termes, l’ambition de cet atelier serait de mettre en mots les croyances scientifiques incorporées dans nos routines et savoir-faire de recherche et dont nous n’avons pas toujours une vue claire. Nous comprenons cette tâche comme relevant à la fois de l’épistémologie comparée, de la clarification conceptuelle et de la méthodologie. Eu égard au pluralisme épistémologique et méthodologique qui caractérise la discipline, il ne s’agira pas tant d’édicter des règles que de constituer un espace de réflexion et d’échange que les participants puissent s’approprier librement.

Les bénéfices attendus sont de plusieurs ordres. Une réflexivité accrue peut permettre de tenir plus fermement certains principes et éventuellement de gagner en efficacité descriptive, explicative ou interprétative. Une conscience plus aiguë de ce qui fait l’unité de la démarche de chercheurs aux objets et techniques d’enquête par ailleurs très variés se veut aussi un moyen de mieux répondre à la concurrence de disciplines voisines (économie néoclassique, psychologie etc.) ou de champs de recherche nouveaux (sciences cognitives). Nous espérons acquérir une vision plus claire de ce qui fait la spécificité des sciences sociales ainsi que des points de jonction possibles avec ces autres domaines. Pour les philosophes qui prendront part à l’atelier, celui-ci peut être l’occasion de confronter les concepts et hypothèses d’une philosophie des sciences largement fondée à partir du modèle des sciences de la matière et du vivant, à la recherche en sciences sociales en train de se faire.

Ouvert à tous, l’atelier entend fonctionner autour d’un groupe de chercheurs prêts à s’investir de manière régulière et sur plusieurs années – avec des points d’étape possibles sous forme de journées d’étude fermées, de colloques, d’éditions critiques de textes étrangers et, à terme, de publications des travaux. Des thèmes seront définis, autour desquels des équipes restreintes (2-3 personnes) se chargeront de mener les investigations et d’organiser les séances d’atelier correspondantes, qu’il s’agisse de présenter le travail en cours ou de solliciter un invité, avec en tout cas des textes diffusés en amont à l’ensemble des participants (dans l’idéal : un texte de cadrage produit par l’équipe, un texte empirique où les questions posées affleurent, un texte plus théorique offrant un regard réflexif sur les mêmes questions). L’atelier constituera ainsi une sorte de séminaire de terrain, un lieu de partage, de discussion et de mise en commun des réflexions et résultats produits par chaque équipe restreinte.

Plusieurs entrées sont mises en oeuvre afin de réaliser ce travail d’explicitation d’un sens pratique de recherche. Une première possibilité consiste à partir de routines partagées et a priori non problématiques pour la plupart des chercheurs en sciences sociales, mais qui mobilisent des concepts philosophiquement problématiques ou paraissent aller à l’encontre de principes admis par la plupart des philosophes des sciences et épistémologues contemporains. Une entrée symétrique prend pour objets des situations où un concept usuel ou d’un mode de raisonnement pourtant routinier semble brutalement « buter » sur la réalité à expliquer ou ne pas s’accorder avec les possibilités offertes par le terrain – ce que Kuhn appelle des « anomalies ». Il s’agira alors d’analyser l’insatisfaction ressentie, d’identifier ce qui fait problème, et éventuellement de résoudre ce problème. Une troisième entrée entend partir de nos intuitions les plus spontanées, qu’elles prennent la forme de jugements de valeur (la qualification d’une analyse comme « trop brutale », « sommaire », « mécanique », « scientiste » ou « vaporeuse » par exemple) ou de pratiques d’écriture (usages de verbes comme « déterminer », « causer », « produire » ou de locution comme « tout se passe comme si » etc.), afin de réfléchir à l’épistémologie implicite qui éventuellement les sous-tend.

CoFSS est un carnet de recherche consacré à l’épistémologie des sciences sociales. Il constitue la vitrine de l’atelier éponyme (« Comment fait-on des sciences sociales ? ») qui associe des chercheurs aux horizons divers qui partagent un intérêt commun pour l’épistémologie des différentes disciplines constituant sciences sociales. L’atelier réunit ainsi, sur une base mensuelle, des philosophes des sciences et des praticiens des sciences sociales. Par la confrontation de la réalité concrète du travail de chercheur aux réflexions épistémologiques les plus actuelles, il vise à expliciter les routines et les savoir-faire de recherche afin de parvenir à une meilleure compréhension des présupposés investis par l’usage d’une méthode, d’un raisonnement, d’une théorie ou d’un concept.

Destiné aux philosophes des sciences intéressés par les sciences sociales, et aux praticiens de celles-ci soucieux de réflexivité, ce carnet publie les premiers résultats de l’atelier, en même temps qu’il assure une veille de l’actualité sur le sujet.

———
CoFSS is an electronic notebook dedicated to the study of the philosophy of social sciences. Along with announcing events and publications of interest in this area, it is meant to showcase the main results of the CoFSS workshop (“Comment fait-on des sciences sociales?”/ “The Making of Social Sciences?”). CoFSS brings together philosophers of science and practitioners of the social sciences sharing a common interest in the epistemology of the social sciences.
A special interest will be paid to the clarification of the underpinnings of the different methods, theories, and modes of reasoning deployed by researchers.
In the end, our hope is that this constant back-and-forth between the nitty-gritty of research on the one hand, and the most contemporary debates in philosophy of science on the other, will to foster reflexivity and help us improve our theoretical knowledge of our disciplines as well as our practice of empirical research.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Une réflexion sur « L’atelier CoFSS »

  1. c’est juste au sujet de routines qui fait polémique au sein de la société scientifique pour autant que les chercheurs se tiennent à couteau tiré pour que l’une ou l’autre théorie soit vue comme la plus meilleures. et cela remonte des philosophes antiques (Socrate contre les Sophiste ou les présocratiques)en passant par les modernes (Galilée contre Copernic)et qui contamine les contemporains(Popper – Kuhn), etc.il est question ici de laisser l’esprit à son état de jeunesse quelle que soit le type de méthode pour pendant son déploiement vers l’abstrait pour trouver la vérité; et qui fera de la science ce qu’elle est en soi. c’est-à-dire on doit faire usage de toutes les méthodes pourvu qu’elle donne le résultat satisfaisant qui répondra aux probl-mes les quels la science est butée.car la science est le résultat de réctification, de révision dues aux ruptures épistémologiques.

Les commentaires sont fermés.