Ateliers Condorcet Philosophie et sciences sociales

Ateliers Condorcet Philosophie et Sciences sociales
– objets communs, migrations conceptuelles

Les ateliers Philosophie et sciences sociales sont co-organisés par l’équipe Philosophies Contemporaines – NoSoPhi (EA 3562, Université Paris I Panthéon-Sorbonne) et l’Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER) de l’EHESS. Ils sont labellisés Ateliers Campus Condorcet et financés par l’EPCS Campus Condorcet pour l’année 2012-2013.

Organisation
Mélanie Plouviez, post-doctorante, Institut Michel Villey / Philosophies Contemporaines – NoSoPhi
Gildas Salmon, Chargé de recherche CNRS, Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER)

Présentation des ateliers
L’atelier Philosophie et sciences sociales se propose de réunir sociologues, anthropologues, économistes, linguistes et philosophes. Plutôt que de mener une réflexion épistémologique sur les rapports entre ces disciplines, cet atelier entend confronter les approches respectives qu’elles proposent d’objets qui leur sont partiellement communs. En mettant à chaque fois la démarche et les résultats d’une de ces sciences sociales à l’épreuve des questionnements issus des autres disciplines, nous voudrions saisir tout à la fois la pertinence des  différences disciplinaires et les points de passage où les frontières se brouillent. Notre objectif est ainsi double : d’une part, faire vivre ce dialogue interdisciplinaire aujourd’hui, d’autre part, retracer historiquement la manière dont il a contribué, à travers des migrations de problèmes, de concepts et de méthodes, à façonner ces disciplines dans leurs différences mêmes.

L’atelier Philosophie et sciences sociales est organisé autour d’une thématique annuelle transversale aux sciences sociales confrontées. Il consiste en quatre demi-journées structurées autour d’interventions sur un même objet de deux spécialistes des disciplines confrontées, suivies d’une discussion.

Thématique 2013 : les usages sociaux de la langue
L’objectif de cet atelier est de comprendre la manière dont l’émergence de la sociolinguistique dans les années 1960 vient reconfigurer les relations entre linguistique, sociologie, et philosophie du langage. La linguistique et la sociologie n’ont certes pas attendu l’émergence de la sociolinguistique pour nouer des relations privilégiées : que l’on songe aux transferts et aux emprunts mutuels qui se jouent au début du XXe siècle entre l’école durkheimienne et la linguistique saussurienne, ou encore à l’effort mené par le structuralisme pour étendre le modèle linguistique à l’ensemble des sciences sociales. À cet égard, la nouveauté de l’approche introduite par William Labov tient moins à la mise en rapport de savoirs hétérogènes qu’au statut accordé à la variation : à l’aide de nouvelles techniques d’enquête, le sociolinguiste parvient à objectiver un ensemble de variations stylistiques qui étaient mises hors-circuit par les approches structurales, et qui correspondent à une stratification sociale des usages de la langue.

Comment cette redéfinition du problème de la variation affecte-t-il le programme théorique de la linguistique dans un contexte où la grammaire générative, sous l’impulsion de Chomsky, arrache la langue aux sciences sociales pour en faire l’objet d’une science naturelle ? De quelle manière et dans quelle mesure la corrélation entre stratification sociale et stratification grammaticale mise au jour par la sociolinguistique a-t-elle été prise en compte par les grands programmes de recherche sociologique, et modifié la définition même de ce qu’est une société (sociologie bourdieusienne, sociologie pragmatique) ? Les variations sociales des  usages de la langue laissent-elles intacte la tradition philosophique d’analyse des actes de langage : si tout énoncé incorpore des marques du statut social du locuteur qui conditionnent sa réception et ses effets, comment repenser les concepts austiniens d’une manière qui les rende plus opératoire dans l’enquête ?

Premier atelier : Approches historiques du problème de la variation sociale – mardi 9 avril 2013, 14h-17h
14h-15h  Bernard Laks, Professeur de linguistique à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Pourquoi y a-t-il de la variation plutôt que rie n ? Pour une linguistique darwinienne »

15h-16h Patrice Maniglier, Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Calcul à Cultures : la question de la variation dans l’histoire du structuralisme et de l’intelligence artificielle »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Second atelier : Bourdieu et la sociolinguistique  – jeudi 16 mai 2013, 15h-17h
Cette séance est organisée conjointement par les ateliers Philosophie et sciences sociales et le séminaire Relectures de Pierre Bourdieu de l’EHESS.

15h-16h Michel de Fornel, Directeur d’études en sociolinguistique à l’EHESS
« Bourdieu et l’analyse du langage »

16h-17h Discutants :
1/ Bruno Karsenti, Directeur d’études en philosophie à l’EHESS
2/ Gildas Salmon, Chargé de recherche en philosophie, Institut Marcel Mauss
Lieu : amphithéâtre François-Furet, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Troisième atelier : La théorie des actes de langage à l’épreuve de la sociolinguistique – jeudi 12 septembre 2013, 14h-17h
14h-15h Bruno Ambroise, Chargé de recherche en philosophie, CURAPP
« Actes de parole, conventions et société : quelle(s) détermination(s) sociale(s) de l’efficacité discursive ? »

15h-16h Béatrice Fraenkel, Directrice d’études, Chaire « Anthropologie de l’écriture », EHESS
« Des actes d’écriture ? Usages anthropologiques d’Austin »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Quatrième atelier : Quelle place pour la sociolinguistique dans la sociologie pragmatique ? – jeudi 3 octobre 2013, 14h-17h
14h-15h  Cyril Lemieux, Directeur d’études en sociologie à l’EHESS
« De la pragmatique linguistique à la sociologie pragmatique : principes communs et déplacements »

15h-16h Gabriel Bergounioux, Professeur de linguistique à l’Université d’Orléans
« La construction langagière du monde social : de la représentation à la critique »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Conférence: Causalité et probabilités

Causalité et probabilités : de l’analyse conceptuelle à la méthodologie scientifique

Centre Cavaillès, 24 avril, 13H30 (attention au changement de date par rapport au programme initial)

Isabelle Drouet
Où en sommes-nous de l’inférence de connaissances causales à partir de prémisses probabilistes ? L’objet de mon exposé est de répondre à cette question en prenant en compte les développements méthodologiques les plus récents. Je commencerai par présenter les théories philosophiques du concept de cause et par mettre en évidence ce qui fait obstacle à la transposition de ces théories, même satisfaisantes, du domaine de l’analyse conceptuelle à celui de la méthodologie scientifique. Je montrerai comment les différentes méthodes aujourd’hui disponibles pour inférer des connaissances causales à partir de prémisses probabilistes peuvent être conçues comme mettant en oeuvre autant de stratégies de contournement des obstacles mis en évidence. Parmi les méthodes et outils d’inférence causale, j’accorderai une attention particulière aux essais cliniques randomisés et aux réseaux bayésiens.
Programme du séminaire hasard : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/activites-56/seminaires-2012-2013-173/article/seminaire-hasard-2012-2013
Accès au Centre Cavaillès : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/article/acces-au-centre-cavailles

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes

Parution de Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques théoriques », 2013, 314 p.

Qu’est-ce que comparer deux sociétés, deux institutions ou deux mythes ? C’est à partir de cette question qu’on peut comprendre l’œuvre de Lévi-Strauss.

Au lieu de répertorier les ressemblances entre les cultures, il choisit de faire de leurs différences le moteur de la comparaison. Ce geste, qui trouve son point d’aboutissement dans les Mythologiques, est indissociable d’une thèse sur la production des phénomènes culturels : chaque société forge ses mythes et ses rites en traduisant et en déformant ceux de ses voisines. Comparer ne se réduit donc pas à classer les faits sociaux, mais devient un moyen de saisir le fonctionnement de l’esprit humain aux points de contact entre les cultures, d’éclairer les opérations mentales par lesquelles elles construisent leurs différences.

C’est dans l’étude des mythes que ce redéploiement du savoir anthropologique s’est opéré. Afin d’en éclairer les enjeux, ce livre retrace une histoire conceptuelle qui passe par Tylor, Granet, Dumézil, mais aussi Freud, Saussure et Jakobson. Il conduit à une réinterprétation de la notion de structure : loin de figer la vie sociale dans des modèles immuables – comme on le lui a souvent reproché –, elle est une manière de décrire les dynamiques de transformation qui amènent chaque culture à affirmer une identité distinctive.

L’auteur :

Agrégé et docteur en philosophie, Gildas Salmon est chercheur au CNRS (LIER – Institut Marcel Mauss). Ses recherches portent sur l’histoire et l’épistémologie des sciences sociales (en particulier l’anthropologie), et sur la philosophie de l’esprit. Il travaille actuellement à une histoire du comparatisme aux XIXe et XXe siècles.

Table des matières :

Introduction

Première partie : La fin de la mythologie

Chapitre 1 : De la mythologie comparée à l’analyse transformationnelle

Chapitre 2 : Critique de la critique philologique

Chapitre 3 : Structure et diffusion

Deuxième partie : déplacement, condensation, transformation

Chapitre 4 : Travail du rêve et travail du mythe

Chapitre 5 : La re-production des mythes

Chapitre 6 : Les conditions d’une science de l’intertextualité

Troisième partie : Une théorie sémiologique de l’esprit

Chapitre 7 : Les incongruités de la pensée symbolique

Chapitre 8 : Anthropologie structurale et anthropologie cognitive, le problème du savoir symbolique

Conclusion

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts