Journée d’étude « Philosophies et sciences sociales : usages et transformations des concepts », 12 mai 2011, Paris Ouest Nanterre

Par bien des aspects aujourd’hui, il semble contestable d’ériger une frontière entre la philosophie et les sciences sociales, tant la multiplication des usages et des emprunts conceptuels dans les sciences humaines se couple à une extension des objets de questionnement et à l’étude de thèmes communs. Cependant, s’agit-il uniquement d’emprunts heuristiques que la philosophie puiserait dans les sciences sociales (et inversement) ? Quels effets ces translations ont-elles sur la production des concepts ? Sur la distinction entre le conceptuel et le non-conceptuel ? Sur les méthodes, les terrains d’enquête et les pratiques discursives ?

Ces questions, que nous souhaiterions examiner dans le cadre de cette journée d’études, permettent à la fois de ne pas hypostasier des différences tendancielles, mais aussi de revenir aux enjeux épistémologiques des partitions disciplinaires et à leur fécondité, pensée également en termes de frictions, de contestations, voire de conflits. L’horizon de cette journée serait donc d’identifier des modalités (usages, positionnements épistémologiques, traductions éventuelles) à travers lesquelles certaines sciences sociales, à l’image de l’économie, de la sociologie et de l’histoire, se saisissent de contenus, concepts, énoncés, thèses philosophiques, et les effets qui en résultent sur les frontières et partages disciplinaires. Mais l’on aimerait aussi peut-être évaluer si en retour certaines pratiques de la philosophie – notamment en philosophie politique ou philosophie sociale – se voient réorientées, renouvelées, ou reconfigurées, par ces importations.

.

Journée d’études organisée par Franck Bessis [2]Guillaume Calafat [3]Cécile Lavergne [4], en partenariat avec l’Association Française d’Economie Politique (AFEP [5]), le laboratoire Sophiapol [6], le Pôle « l’Humain en devenir » (ED 139), le GDR [7] sociologie économie et Tracés, revue de sciences humaines [8].

Date :
Jeudi 12 mai 2011

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B salle B015
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus

tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

.

PROGRAMME

9h30 Accueil des participants et Introduction

Session 1 : Anthropologie, normes et action

10h Cyril Lemieux [9](maître de conférence à l’EHESS, directeur adjoint du GSPM)
« Concepts philosophique, concepts pour l’enquête en sciences sociales : le prix du passage »

11h Frédéric Lordon [9](directeur de recherche au CNRS – CESSP/ Paris La Sorbonne)
« L’efficacité des institutions. Eléments pour une science sociale spinoziste »
.

Session 2 : Reconnaissance et identité

14h30 Christian Lazzeri [10](professeur de philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre – directeur du Sophiapol)
« Identité et appartenance sociale »

15h30 Alessandro Pizzorno (professeur de Théorie sociale à  l’Institut universitaire européen, Florence)
« L’individualisme hobbien et le rapport de reconnaissance »
.

Table ronde: Décloisonner les partitions disciplinaires : problèmes institutionnels

Olivier Favereau [11](professeur en économie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR EconomiX), Nicolas Postel [12](maître de conférences en économie à l’Université Lille 1, UMR Clersé) et François Vatin [13] (professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR IDHE).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

26 avril : Séance Micro-histoire et échelles d’analyse

Micro-histoire et échelles d’analyse

La diffusion de la « micro-histoire » repose sur une série de dualités (macro / micro, histoire des moyennes / des marges, du haut / du bas, histoire sociale / culturelle…) qui renvoie au partage d’une situation critique (la remise en cause de l’histoire sociale quantitative) bien plus qu’à celui d’attendus épistémologiques communs ou de méthodes unifiées. On proposera quelques thèmes de discussion :

1. En se demandant si le clivage méthodologique pertinent oppose la macro-histoire, incarnée par l’histoire des Annales (depuis L. Febvre et M. Bloch), qui soulèverait des difficultés insolubles, à la micro-histoire, d’abord portée par les historiens italiens (C. Ginzburg, G. Levi), qui parviendrait à les dépasser, ou s’il traverse au contraire l’une et l’autre de ces traditions ;
2. En présentant les travaux de Maurizio Gribaudi du fait qu’ils posent explicitement la question de la reconstruction du macro à partir du micro en termes d’usage des sources et de choix des méthodes.

La réunion aura lieu en salle de réunion du bâtiment F, à l’ENS (campus Jourdan).

Les textes sont comme à l’habitude disponibles dans la rubrique Espace de travail.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts