Séminaire 25 janvier: le raisonnement contrefactuel

De 10h à 12h30, Salle de réunion du bâtiment F, Site Jourdan (48, Bd Jourdan, à gauche une fois sorti du bâtiment principal par le fond).

La séance sera consacrée à la présentation critique du contrefactualisme en histoire. Le raisonnement contrefactuel en histoire consiste à supprimer en pensée un événement ou une réalité historique et à s’interroger sur les conséquences de cette suppression – cela, entre autres, afin d’évaluer l’impact causal des éléments supprimés. Cette démarche a fait l’objet d’appréciations diverses chez les historiens, certains affirmant qu’elle sous-tend implicitement toute explication historique, d’autres n’y voyant qu’un exercice vain et périlleux. La séance visera à étudier les différentes formes que ce raisonnement a prises et à mettre en évidence leurs apports, leurs fonctions et leurs limites.

Les textes sont disponibles sur la partie « espace de travail »

A mardi!

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Atelier de lecture d’épistémologie des SHS au CURAPP-ESS (Amiens)

La première séance du séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des SHS organisé par l’axe 2 (« Savoirs ») du CURAPP-ESS (UMR 6054 : CNRS/UPJV) aura lieu le mardi 18 janvier 2011, de 16H30 à 19H00 au Pôle Cathédrale de l’Université de Picardie (salle 313)

Coordonné par L. Perreau et B. Ambroise, l’atelier est entièrement consacré cette année au travail de J.-Cl. Passeron. Il s’attachera à retracer l’ensemble du parcours scientifique de Passeron à travers un examen minutieux de ses textes, depuis les premiers travaux co-écrits avec P. Bourdieu jusqu’aux travaux plus récents où l’auteur défend la spécificité de la connaissance des sciences sociales en s’appuyant sur la lecture de M. Weber. L’ambition du séminaire est ainsi de comprendre ce que peut être une connaissance sociologique, dans sa spécificité et sa rigueur, sans vouloir la lui imposer depuis un point de vue extérieur, que seul le philosophe serait à même de garantir. Il ne s’agit ainsi pas de légiférer sur la sociologie (et les autres sciences sociales), mais bien d’établir un dialogue constructif avec les praticiens des sciences sociales afin d’explorer sa teneur cognitive (et, le cas échéant, d’en apprendre à la philosophie). Ce séminaire est ainsi ouvert à tous les philosophes et praticiens des sciences sociales soucieux de dialoguer en revenant sur les principes épistémologiques et méthodologiques de leurs disciplines.

La première séance sera entièrement consacrée à un retour opéré sur le premier ouvrage à teneur épistémologique auquel J.-Cl. Passeron a collaboré. Il s’agit du Métier de sociologue, fruit de la co-écriture de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et J.-Cl. Passeron, qui est devenu un classique des sciences sociales. Au moment de sa rédaction, en 1968, il a fait la démonstration éclatante de l’utilité et de la pertinence d’une réflexion rigoureuse sur les pratiques et les techniques de la sociologie, à une époque où l’épistémologie de cette discipline était peu développée. Dans le sillage de Bachelard, Canguilhem et Koyré, c’est ainsi une épistémologie attentive aux exigences de la méthodologie du travail sociologique qui se déploie. Celle-ci plaide en faveur d’une logique de l’invention qui lie effectivement théorie et expérience et construit consciemment son objet de recherche en rupture avec les conceptions du sens commun.

Il s’agira en premier lieu pour nous de revenir sur les spécificités et les difficultés de ce texte pour préciser son rôle et son importance dans le parcours épistémologique de J.-Cl. Passeron et dans son rapport à la réflexion ultérieure de P. Bourdieu.

Nous vous invitons chaleureusement à participer avec nous à cette réflexion !

Laurent Perreau, Bruno Ambroise

Contacts : bruno.ambroise@u-picardie.fr ; laurent.perreau@u-picardie.fr
Annonce des dates du séminaire sur le site du CURAPP-ESS : http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts