CoFSS: quoi, et pourquoi?

CoFSS est un carnet de recherche consacré à l’épistémologie des sciences sociales. Il constitue la vitrine de l’atelier éponyme qui associe des chercheurs aux horizons divers qui partagent un intérêt commun pour l’épistémologie des différentes disciplines des sciences sociales. L’atelier réunit ainsi mensuellement des philosophes des sciences et des praticiens des sciences sociales. Par la confrontation de la réalité concrète du travail de chercheur aux réflexions épistémologiques les plus actuelles, il vise à expliciter les routines et les savoir-faire de recherche afin de parvenir à une meilleure compréhension des présupposés investis par l’usage d’une méthode, d’un raisonnement, d’une théorie ou d’un concept.

Destiné aux philosophes des sciences intéressés par les sciences sociales, et aux praticiens de celles-ci soucieux de réflexivité, ce carnet publie les premiers résultats de l’atelier, en même temps qu’il assure une veille de l’actualité sur le sujet.

Voir une description plus détaillée sur la page À propos.
———
CoFSS is an electronic notebook dedicated to the study of the philosophy of social sciences. Along with announcing events and publications of interest in this area, it is meant to showcase the main results of the CoFSS workshop (“Comment fait-on des sciences sociales?”/ “The Making of Social Sciences?”). CoFSS brings together philosophers of science and practitioners of the social sciences sharing a common interest in the epistemology of these disciplines.
We will especially attempt to clarify the underpinnings of the different methods, theories, and modes of reasoning deployed by researchers. In the end, our hope is that this constant back-and-forth between the nitty-gritty of research on the one hand, and the most contemporary debates in philosophy of science on the other, will to foster reflexivity and help us improve our theoretical knowledge of our disciplines as well as our practice of empirical research.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Bibliographie (2)

Dans la lignée du billet précédent, on recense ici les travaux de philosophie des sciences sciences sociales:

Epistémologie des sciences sociales

1. Manuels.
– Rosenberg A., Philosophy of social science, Clarendon Press, 1995 [1988]
Cet ouvrage collectif regroupe les contributions de spécialistes des différentes domaines ou disciplines évoquées.
– Jean-Michel Berthelot (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 2001.
Un ouvrage de synthèse destiné à introduire aux thématiques classiques de la philosophie des sciences, appliquées aux sciences sociales.

Pour aller plus loin :
– Andler D., « L’ordre humain » in D. Andler, A. Fagot-Largeault, B. Saint-Sernin (éd) Philosophie des sciences vol.2, Paris, Gallimard, 2002, p.673-824.
– Bouvier A., Philosophie des sciences sociales, Un point de vue argumentativiste en sciences sociales. Paris, Puf, 1999, 259 p.
L’épistémologie des sciences sociales au prisme de la théorie argumentativiste défendue par l’auteur.
– Baert, P, Philosophy of the Social Sciences : Toward Pragmatism, Polity Press, 2005, 264p.
Un rapide tour d’horizon organisé autour de grands courants (Durkheim, Weber, Kuhn & Popper, Bashkar, École de Francfort, Rorty), orienté vers la défense d’une approche pragmatiste en sciences sociales.
– Bishop, R. C., The Philosophy of the Social Sciences, Londres, Continuum International Publishing Group, 2007.
Un manuel d’introduction qui balaie rapidement l’ensemble des questions classiques en épistémologie des sciences sociales.
– Hollis M., The Philosophy of Social Science: An Introduction, CUP, 1994
Une introduction organisée autour des débats entre approche structurelles/ approches individuelles ; approche causaliste/ approche interprétativiste.
– Mesure S. et Savidan P. (éd), Le dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, 2006.

2. Recueils de textes
– Martin M. et McIntyre L., Readings in the philosophy of social science, MIT press, 1994, 785p.
– Delanty, Gerard et Strydom P., Philosophies of Social Sciences. The Classic and Contemporary Readings, Open University Press, 2003, 496p.
Deux volumineux recueils de textes. A noter que le premier mélange textes classiques par des auteurs représentatifs de grands courants et textes de synthèse. Il est de ce fait particulièrement utile.

3. Revues, numéros spéciaux :
Philosophy of the social sciences, revue dédiée, se consacre entièrement aux débats contemporains dans ce champ de recherche.

Enquête, anthropologie, histoire, sociologie.
Et en particulier:
– « Les terrains de l’enquête » : http://enquete.revues.org/sommaire257.html
– « Interpréter, surinterpréter » : http://enquete.revues.org/sommaire332.html
– « La description » : http://enquete.revues.org/sommaire1353.html

4. Textes d’épistémologie des sciences humaines
Textes classiques
– Aron, R., Leçons sur l’histoire, cours du Collège de France, Livre de poche, Paris; 1991, Librairie générale française.
– Cassirer, E., Logique des sciences de la culture, Cerf, 1991 [1942].
– Collingwood, R. G., « The Idea of History », in The Idea of History, Oxford University Press, 1946, p. 206-217 (aussi dans Martin & McIntyre, pp. 163-172).
– Comte, A., Cours de philosophie positive, 1ère et 2ème leçon (1830-1942)
– Dilthey, W., Introduction aux sciences de l’esprit, Cerf, 1992 [1883].
– Dilthey, W., « Naissance de l’herméneutique » in Œuvres, vol. 7 : Écrits d’esthétique, Paris, Cerf, pp. 291-307, 1995 [1900].
– Dilthey, W., « Origines et développement de l’herméneutique », in Le monde de l’esprit, Paris, Aubier-Montaigne, p. 19-34, 1947.
– Durkheim, É., Les règles de la méthode sociologique, Champs Flammarion, 1988 [1895] (en particulier préface n°2, ch 5 et ch. 6).
– Durkheim, É., Le suicide. Étude de sociologie, Paris, PUF, 2007 [1897].
– Hempel, C., « The Function of General Laws in History » in The Journal of Philosophy, Vol. 39 (2), 1942, pp. 35-48 (aussi in Martin & McIntyre, pp. 43-52).
– Kuhn, Th., « The natural and the human sciences » in The road since structure, 2000, Conant J. et Haugeland J. (dir.), Chicago: University of Chicago Press, 2000.
– Merton, R.K., Éléments de théorie et de méthodologie sociologique, Armand Colin, U, 1997 (1949).
– Mill, J.S., Système de logique, Mardaga, 1988 (en particulier le livre VI, qui porte sur les sciences morales).
– Nagel E., The Structure of Science. Problems in the Logic of Scientific Explanation, London, Routledge & Kegan Paul, 1961 (chapitres 13 et 14 sur les sciences sociales).
– Simiand, F., « Méthode historique et science sociale ». Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 15(1), 1960 [1903], pp. 83-119.
– Weber, M., « Idéal type » et « compréhension empathique », in Économie et société (t.1, Les catégories de la sociologie), Paris, Plon – Agora, (en particulier pp. 28-29, 35, 48-52 et 55-57).
– Weber, M., « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in Essais sur la théorie de la science, Plon, 1965 [1904].

Textes plus contemporains
– Berger P. et Luckmann T., La construction sociale de la réalité, Armand Colin, 2006 [1966].
– Boudon R. et Lazarsfeld P. (dir.), L’analyse empirique de la causalité, Mouton, 1966
– Bourdieu P., Passeron J.C., Grignon C., Le métier de sociologue, Mouton, 1968.
– Geertz, C., « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », Enquête, anthropologie, histoire, sociologie, – 1998 [1973], n° 6, pp. 73-105.
– Passeron J.C., Le raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel, 1991.
– Ricoeur, P. Du texte à l’action, essais d’herméneutique II, Paris : Seuil 1986.
– Ricoeur, P. La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Bibliographie (1)

L’un des objectifs du séminaire est de fournir une bibliographie raisonnée qui permette de réaliser un premier repérage de la philosophie des sciences sociales contemporaines.

Ce premier billet recense les travaux de philosophie des sciences, à la fois manuels et textes classiques, qui peuvent servir d’introduction à cette approche.

Philosophie générale des sciences
1. Manuels (par ordre de difficulté croissante)
– Ulises Moulines, C., La philosophie des sciences fin xixe / début xxie siècle. L’invention d’une discipline, Éditions ENS rue d’Ulm, 2006 (un très brève histoire des principaux courants de la philosophie des sciences).
– Chalmers A., Qu’est-ce que la science ? Popper, Kuhn, Lakatos, Feyerabend, Le livre de Poche ‘Biblio essais’, 1987 [1976]
– Hempel C., Eléments d’épistémologie, deuxième édition, Armand Colin ‘Cursus’, [1966/1972].
– Barberousse A., Kistler M. et Ludwig P., La philosophie des sciences au vingtième siècle, Flammarion ‘Champs’, 2000.

2. Textes classiques (par ordre alphabétique)
Livres :
– Feyerabend P., Contre la méthode. Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Paris : Seuil, 1979 [1975].
– Kuhn T., La tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, Gallimard, « NRF », 1990 [1977] (en particulier les chapitres VII, IX, XI, XII, XIII).
– Kuhn T., La structure des révolutions scientifiques, Paris : Champs Flammarion 1983 [1962/1970] (en particulier les deux préfaces).
– Popper K., La logique de la découverte scientifique, Payot, 1990 [1934].
– Comte A., Cours de philosophie positive, 1ère et 2ème leçon (1830-1942), éd. Hermann, 1998.
– Carnap R., « Le dépassement de la métaphysique par l’analyse logique du langage », trad. Barbara Cassin et al., in Soulez (dir.), Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits, Paris: PUF, coll. Philosophie d’aujourd’hui, 1985 [1929].
– Neurath O., « Pseudo-rationalisme de la falsification », in L’âge d’or de l’empirisme logique – Vienne-Berlin-Prague 1929-1936, Paris: Gallimard, 2006 [1935].
– Putnam H., Le Réalisme à visage humain, Paris, Seuil, 1994.
– Poincaré H., La science et l’hypothèse, Flammarion, 1968 [1902].
– Bachelard G., 1976, La formation de l’esprit scientifique, Paris : Vrin, 1999 [1934].

Articles et chapitres :
Bacon F., « Les expériences cruciales », in Barberousse A., L’expérience, p.87-92, 1999.
Duhem, P. « Contre les expériences cruciales », in Barberousse A., L’expérience, p.120-127, 1999.
Feyerabend, P., « La science sans expérience », in Barberousse A., L’expérience, p.127-134, 1999.
Hacking I., « La création des phénomènes », in Barberousse A., L’expérience, p.116-120, 1999.
Hacking I., « Est-ce qu’on voit à travers un microscope ? », Laugier S. et Wagner P., Philosophies des sciences. Naturalismes et réalismes, 2004, p. 238-274.
Hanson N.R., « Tycho et Kepler ont-ils vu la même chose ? », in Barberousse A., L’expérience, p.137-139, 1999.
Lakatos I., « Falsification and the methodology of scientific research progammes », in I. Lakatos et A. Musgrave (dir.), Criticism and the Growth of Knowledge, Cambridge university press, p.91-196, 1970.
Popper K., « Problèmes fondamentaux de la logique de la connaissance » (extrait de la Logique de la découverte scientifique), in Laugier S. et Wagner P., Philosophies des sciences. Théories, expériences et méthodes, p. 237-266, 2004.
Quine W.O., « Deux dogmes de l’empirisme », Du point de vue logique : Neuf essais logico-philosophiques, Vrin, 2004.
Quine, « Sur les systèmes du monde empiriquement équivalents », Laugier S. et Wagner P., Philosophies des sciences. Naturalismes et réalismes, p.114-138, 2004.
Weinberg S., « Histoires de théories et d’expériences », in Barberousse A., L’expérience, p.103-108, 1999.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Séminaire Philosophie et sciences sociales, Nosophi, Paris 1

Le séminaire organisé par l’équipe de NoSoPhi sur un sujet proche:

Séminaire Philosophie et Sciences sociales

Un séminaire organisé dans le cadre des activités de l’équipe Philosophies Contemporaines (EA 3562, université Paris I Panthéon-Sorbonne) par Céline BONICCO, Mélanie PLOUVIEZ et Gildas SALMON.

Le séminaire Philosophie et sciences sociales se propose de réunir sociologues, anthropologues, économistes et philosophes pour nouer un dialogue interdisciplinaire. Parce que les sciences sociales se sont historiquement constituées en rupture avec la philosophie, leurs rapports ont souvent été d’ignorance, voire d’opposition. Pour autant, les sciences sociales n’interrogent-elles pas directement la philosophie ? En soulignant la nécessité d’une collaboration interdisciplinaire, il ne s’agit pas de replacer la philosophie dans une position de surplomb théorique à l’égard des sciences sociales empiriques. Il s’agit au contraire de mettre en évidence le travail de conceptualisation interne aux sciences sociales, c’est-à-dire de comprendre comment elles reprennent, déplacent, subvertissent ou inventent des problèmes qui intéressent la philosophie. Ce sont les questionnements philosophiques immanents aux sciences sociales qui seront au centre de nos discussions. Dans ce cadre, le séminaire fera place aussi bien à des analyses historiques ou épistémologiques qu’à la discussion de terrains et travaux en sociologie, en anthropologie ou en économie. Plutôt que de chercher à fixer un partage entre philosophie et sciences sociales, nous nous efforcerons de repérer les points de passage multiples où leurs frontières se brouillent.

Pour l’année universitaire 2009-2010, le séminaire se déroulera au second semestre, environ une fois par mois, le vendredi de 14h à 16h. Les séances auront lieu dans la salle de lecture de NoSoPhi à la Sorbonne (entrée par le 1, rue de la Sorbonne, 75005 Paris, escalier K au fond de la Galerie Dumas, 2ème étage, couloir à gauche, salle G 615 Bis, 01 40 46 33 64). Chaque séance, composée d’une intervention suivie d’une discussion, est ouverte à toute personne s’intéressant aux thématiques abordées.

Plus d’informations sur le site du séminaire

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts