Programme 2013 – 2014

Depuis 2008, l’atelier CoFSS associe des chercheurs en sciences sociales (histoire, sociologie, science politique etc.) et des philosophes des sciences qui souhaitent travailler en commun à une meilleure connaissance des présupposés engagés dans les modes de raisonnement et les pratiques d’enquête des sciences sociales. Le séminaire aura lieu cette année au second semestre, le jeudi de 10h à 12h30, au Centre Cavaillès de l’Ecole Normale Supérieure (29 rue d’Ulm). Pour être tenu au courant des informations du groupe, inscrivez-vous à la mailing-list en envoyant un email à eollion<a.t.>ens.fr.

13 mars : La causalité en sciences sociales

Présentation de Gabriel Abend, “Styles of Causal Thought: An Empirical Investigation”

Discutants : Isabelle Drouet (Paris 4), Etienne Ollion (ENS)

 

22 mai : Séance autour des travaux de Michel Dobry,

En présence de  Michel Dobry.

 

19 juin : L’événement, un objet pour les sciences sociales? (salle à préciser)

Responsables de la séance : Florence Hulak (Université Paris 8), Laurent Jeanpierre (Université Paris 8), Florian Nicodème (ENS)

Résumé : On qualifie usuellement d’”événement” ce qui arrive de façon singulière et inédite. Or les procédures d’explications utilisées en sciences sociales supposent de comparer des cas qualifiés de semblables. Comment les sciences sociales peuvent-elles donc rendre raison des événements ? Sont-elles véritablement en mesure de les expliquer, ou doivent-elles se contenter de les interpréter ? Cette séance examinera les difficultés propres au concept d’événement en sciences sociales et les voies qui ont pu être empruntées pour tenter de les résoudre.

 

Horaire et lieu des séances : 10h-12h30, Centre Cavaillès, 29 rue d’Ulm

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Séminaire INED/SFS le 25 juin sur la causalité en SHS

La causalité en sciences humaines et sociales : expliquer, modéliser, mesurer ?

Lundi 25 juin 2012 de 9h à 17h30

Ce colloque est organisé conjointement par le Service des enquêtes et des sondages, le Service des méthodes statistiques de l’Ined et la Société Française de Statistique et se tiendra à Institut Henri Poincaré (amphithéâtre Hermite) 11 rue Pierre et Marie Curie • Paris 5e (RER Luxembourg)

Matin

  • Bruno Falissard (faculté de médecine Paris-Sud, Inserm U669) : A propos du flou conceptuel qui entoure la notion de causalité dans le monde de la recherche biomédicale
  • Arnaud Bringé (Ined) et Stéphane Legleye (Ined) : Présentation du jeu de données simulé reproduisant un cas classique d’enquête observationnelle et présentation de la mesure de l’effet causal par une méthode classique, qui sera comparé à une autre méthode d’estimation
  • Antoine Chambaz (MAP5, Université Paris-Descartes) : Méthode d’estimation par le maximum de vraisemblance ciblé (TMLE: targeted maximum likelihood estimation) et mesure de l’effet causal sur le jeu de données simulées et Questions sur le TMLE
  • Federica Russo ( Center Leo Apostel, Vrije Universiteit Brussel, Centre for Reasoning University of Kent) : Qu’est-ce qu’un modèle? Réflexions philosophiques à partir de l’analyse causale en sciences sociales

Après-midi

  • Isabelle Drouet (Université Paris-Sorbonne et Logiques de l’agir, Université de Franche-Comté) et Jean-Mathias Fleury (Collège de France) : Panorama des approches dominantes contemporaines de la causalité et réflexion sur la notion de normativité
  • Maximilian Kistler (Université Paris 1 et IHPST) : La notion d’intervention
  • Daniel Courgeau (Directeur de recherche émérite Ined) : Peut-on parler de causalité en sciences sociales ? Les approches contrefactuelle et mécaniste

Accès libre sur inscription à l’adresse : http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/rencontres_statistique_appliquee/
Pour tout autre renseignement contacter Bénédicte Garnier (benedicte.garnier@ined.fr)

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Sous la responsabilité d’Emmanuel BAROT, Jérôme LAMY, Simone MAZAURIC, Arnaud SAINT-MARTIN et Guillaume SIBERTIN-BLANC.

Vendredi 11 mai et samedi 12 mai (9h-18h)

Salle des Médailles, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis 75005 Paris

Colloque international organisé avec le séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre » (CHSPM, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), et avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri.

L’objet du colloque est d’explorer l’idée d’histoire sociale des sciences et des techniques née au cours des années 1930 dans le giron marxiste, autant dans ses assises épistémologiques et ses visées inaugurales que dans ses devenirs pluriels et ses actualités.

L’enjeu est d’examiner comment le faire science repose sur, et se traduit par, un régime d’historicité dont l’appréhension requiert d’articuler la totalité des paramètres (formels, conceptuels, idéologiques, technologiques, anthropologiques, institutionnels, économico-sociaux, etc.) qui interviennent dans les procès de production des objectivités. Un fil rouge majeur de cette enquête sera livré par Marx et les traditions marxistes, puisque celui-ci fut parmi les premiers à examiner systématiquement les voies par lesquelles l’incorporation des connaissances scientifiques, de l’industrie à l’agriculture, à la production capitaliste via l’ingénierie et la technologie, contribue à façonner l’objectivité scientifique, et par là à marquer les ordres symboliques, à modeler les paysages sociaux et culturels autant qu’à bouleverser en permanence l’économie des rapports des classes et des forces sociales. À l’heure de « l’immatériel », des nanobiotechnologies et des ordinateurs quantiques, mais aussi du benchmarking et du h-index comme emblèmes d’innovantes formes de « l’incorporation de la science au capital », ce seront ainsi des analyses empiriques variées et des articulations conceptuelles renouvelées que le colloque s’efforcera d’offrir. In fine la volonté sera d’extraire autant que possible les divers enjeux soulevés d’une insularité critique qui serait, si elle devait durer, des plus dommageables. Le colloque questionnera donc les enjeux et les actualités de cette histoire sociale des sciences avec l’ambition de faire date sur le sujet, en articulant deux axes : il s’attachera d’abord à sa genèse, sa réception immédiate et ses postérités successives, c’est-à-dire à son (éventuelle) identité disciplinaire, pour ensuite en éprouver la validité à l’occasion d’une étude élargie des reconfigurations subies aujourd’hui par les diverses formes de l’activité scientifique sous les pressions du capitalisme néolibéral.

Intervenants :

Emmanuel Barot (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), Christian Gilain (émérite, UPMC), Isabelle Gouarné (post-doctorante à l’EHESS), Simon Gouz (ATER Lyon 1), Jérôme Lamy (post-doctorant au LISST-CAS, Université Toulouse II-Le Mirail), Simone Mazauric (émérite, Université de Nancy 2), Dominique Pestre (EHESS), Arnaud Saint-Martin (CNRS, PRINTEMPS, Université Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), Simon Schaeffer (Cambridge), Guillaume Sibertin-Blanc (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), André Tosel (émérite, Université de Nice).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Une étude sur l’écriture sociologique

Jean-Yves Trépos, L’écriture de la sociologie. Essai d’une épistémologie du style en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2012, 325p.
En sciences sociales, l’écriture est rarement un sujet de préoccupation à l’égal de la théorie, de la méthodologie ou de l’enquête de terrain. Ce livre s’attache au contraire à montrer, à partir du cas de la sociologie et de dépouillements pour partie aléatoires et pour partie systématiques de corpus de revues (The Sociological Review, The British Journal of Sociology, Science as Culture, Sociologie du travail, Revue française de sociologie, Actes de la recherche en sciences sociales), qu’il s’agit d’une dimension essentielle de la production de savoirs sur les sociétés. Le livre fait le constat des contraintes académiques, d’écoles de pensée, de cultures nationales qui pèsent sur l’écriture et essaie de dégager les bases d’une étude des singularités de style en sociologie.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales à Amiens

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales 2011-2012

États de la controverse Bourdieu/Boltanski

Organisé par Bruno AMBROISE (CNRS) et Laurent PERREAU (Université de Picardie Jules Verne)

 Le séminaire a lieu au second semestre un vendredi par mois, Salle 313, au Pôle Cathédrale, 10 placette Lafleur, 80000 Amiens

 Dans le cadre du projet émergent « Epistémologie de la critique en sciences sociales », financé par la MESHS de Lille, l’axe 2 du CURAPP-ESS renouvelle cette année son séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des sciences sociales, qui sera consacré aux états de la controverse Bourdieu/Boltanski. Il s’agira de retracer, thématiquement et chronologiquement, la rupture (et l’éventuel retour ?) qui s’est établie entre les travaux de Bourdieu et ceux de Boltanski et d’étudier en quoi elle traduit une rupture épistémologique, indexée notamment sur le statut de la critique, le rapport à la vérité et le sens de l’action.

La première séance sera consacrée à une présentation des deux figures, basée sur la lecture et l’étude des textes suivants : L. Boltanski & P. Bourdieu, « La production de l’idéologie dominante » (ARSS, 1976), et L. Boltanski, Rendre la réalité inacceptable (Démopolis, 2008). Les séances suivantes aborderont en particulier, de L. Boltanki et L. Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur (Gallimard, 1991), puis à nouveau Rendre la réalité inacceptable et De la critique (Gallimard, 2010).

 Calendrier : – vendredi 20 janvier 2012 de 13h30 à 15h30

              – vendredi 17 février 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 30 mars 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 13 avril 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 11 mai 2012 de 10h30 à 12h30

Ces séances sont ouvertes à tous.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Girard, Hulak (dir.) Philosophie des sciences humaines, Vrin

sous la direction de Florence Hulak et Charles Girard

 

Les sciences humaines ont en partage des concepts. L’histoire et la géographie, la sociologie et l’anthropologie, l’économie et la linguistique, la psychologie et la psychanalyse trouvent leur unité dans l’usage divers qu’elles en font, plutôt que dans un objet commun aux contours incertains. Pour s’établir comme sciences, elles ont dû affronter les problèmes épistémologiques, ontologiques et pratiques qu’ils suscitent ou révèlent.

En s’efforçant d’éclairer le sens et l’efficace de ces concepts, en rendant compte de l’articulation et de l’évolution de ces problèmes, la philosophie peut contribuer au développement des sciences humaines. Elle ouvre aussi pour elle-même un accès plus sûr à leurs savoirs et questionnements, sans lesquels elle ne saurait désormais avancer.

Les contributions réunies dans ce recueil explorent, dans cette perspective, neufs concepts essentiels : la causalité, les normes, l’interaction, l’événement, la nature, la société, l’inconscient, l’expérimentation et la neutralité.

Table des matières

Introduction par Florence Hulak et Charles Girard

“La causalité” par Pierre Demeulenaere
“Les normes” par Ruwen Ogien
“L’interaction” par Céline Bonicco-Donato
“L’événement” par Florence Hulak
“La nature” par Pierre Charbonnier
“La société” par Eva Debray
“L’inconscient” par Claire Pagès
“L’expérimentation” par Stéphanie Dupouy
“La neutralité” par Francesco Callegaro et Charles Girard

Vrin, Bibliothèque d’histoire de la philosophie, 2011

280 pages, 12 euros

 

Plus d’informations sur le site de Paris-IV. 

http://www.rationalites-contemporaines.paris4.sorbonne.fr/spip.php?article669

 

 

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

AaC: Philosophy of the Social Sciences Conference

First European Network for the Philosophy of the Social Sciences Conference 

University of Copenhagen
September 21-23, 2012

www.enposs.eu

The European Network for the Philosophy of the Social Sciences (ENPOSS)
invites contributions to its inaugural conference. Contributions from all
areas within the philosophy of the social sciences are encouraged. Moreover,
contributions from both philosophers and social scientists are welcome.

Keynote speakers:
– Peter Hedström (University of Oxford)
– Philip Pettit (Princeton University)
– Stephen Turner (University of South Florida)
– Björn Wittrock (Uppsala University)

Submissions:
– An abstract of no more than 1000 words suitably prepared for blind
reviewing should be submitted electronically.
– Opening for submissions: January 15, 2012. Information about how to submit
will be available at www.enposs.eu shortly.
– Each abstract will be reviewed by two members of the Scientific Committee.
Members of this year s committee are: Anna Alexandrova, Kevin Binmore, Luc
Bovens, Antonella Carassa, Malinda Carpenter, Igor Douven, Jan Faye, Wulf
Christian Gartner, Francesco Guala, Harold Kincaid, Hartmut Kliemt, Martin
Kusch, Tony Lawson, Eleonora Montuschi, Jos Antonio Noguera, William
Outhwaite, Elisabeth Pacherie Julian Reiss, Kristina Rolin, Federica Russo,
Hans Bernard Schmid, Paul Sheehy, Dan Steel, David Teira, Deborah Tollefsen
and Erik Weber.
– Deadline for submission: March 15, 2012
– Date of notification of acceptance: May 15, 2012

ENPOSS:
– The purpose of ENPOSS is to promote, encourage and facilitate academic
discussion and research in the philosophy of the social sciences broadly
conceived.
– Its Steering Committee consists of Alban Bouvier (Paris), Byron Kaldis
(Athens), Thomas Uebel (Manchester), Julie Zahle (Copenhagen), and Jes s
Zamora-Bonilla (Madrid).

Local organizers:
– Julie Zahle and Finn Collin both from the Section of Philosophy,
University of Copenhagen.

Conference homepage:
– For more information about the conference and ENPOSS, see  www.enposs.eu

Publication:

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Appel à communications – New Trends in the Philosophy of the Social Sciences II

NEW TRENDS IN THE PHILOSOPHY OF THE SOCIAL SCIENCES II

UNED. Dpto. de Logica, Historia y Filosofia de la ciencia
Madrid, September 28-29 2011

Confirmed invited speakers:

Marcel Boumans (Universiteit van Amsterdam)
Gregor Betz (Freie Universität, Berlin)
Laurence Kaufmann (Université de Lausanne)
Eleonora Montuschi (London School of Economics and Università Ca’Foscari, Venice)
Julian Reiss (Erasmus Universiteit Rotterdam)

Contributed papers on any topic in the philosophy of the social sciences are welcome. Please, send an abstract of about 1000 words, before June 25th to Jesús Zamora-Bonilla, jpzb@fsof.uned.es

http://www.uned.es/dpto_log/pssworkshop2011.html

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Appel à communications – Causality and Explanation in the Sciences

CALL FOR ABSTRACTS:

CaEitS2011: CAUSALITY AND EXPLANATION IN THE SCIENCES

www.caeits2011.ugent.be

19-21 September

Faculty of Arts and Philosophy, Ghent University

Blandijnberg 2, Ghent, Belgium

This is the sixth conference in the Causality in the Sciences series
of conferences.

KEYNOTE SPEAKERS

Henk de Regt, Daniel Little, Michael Strevens, Mauricio Suarez and
James Woodward.

INTRODUCTION

Causality and causal inference play a central role in the sciences.
Explanation is one of the central goals of scientific research. And
scientific explanation requires causal knowledge. At least, these are
well-known tenets in present-day philosophy of science.

In this conference, we aim to bring philosophers and scientists
together to discuss the relation between causality and explanation.

Even though the view that explanation requires causal knowledge is
widespread, some accounts of explanation present themselves as a-
causal or even as non-causal. Kitcher’s unificationism had it that
causal relations are epistemically dependent on explanatory relations,
not vice versa. In the mechanistic framework, interlevel explanation
is said to be constitutive, not causal. Other accounts of explanation
are primarily functional. What is the precise relation between causal
and a- or non-causal accounts of explanation?

Relatedly, one of the close relatives of explanation is understanding.
But what is the precise relation between explanation and
understanding? And what is the role of causation herein?

But wait a minute. There is no consensus as to what causation is.
Probabilistic, mechanistic, interventionist, and other accounts are
available on the market and it is still an interesting and open
question how precisely they relate to each other and how this bears
upon the problem of scientific explanation.

Are causality and explanation the same across scientific disciplines?
Is causality in physics the same as in psychology? Is causal discovery
in biology the same as in economics? And is explanation in geology the
same as in chemistry? Mathematics seems to be devoid of causation.
Does that mean that it is also devoid of explanation? And is there a
place for causation in technological explanation?

Our explanatory practices are partly determined by pragmatic
considerations. What precisely do we want to explain, and what do we
want to use our explanatory knowledge for? Do these pragmatic
considerations influence our search for causal relations? Do they play
a role, either implicitly or explicitly, in our algorithms for
automated causal discovery (such as algorithms based on causal Bayes
nets)?

We welcome contributions addressing these and other questions.

EXAMPLE QUESTIONS

How is causality related to explanation? Is all explanation causal?

Which accounts of causality best fit which accounts of explanation?

Do different sciences demand different notions of causality and
explanation?

Which case studies shed most light on the uses of causality and
explanation in the sciences?

TIMETABLE

15 May: deadline for submission of titles and abstracts of papers for
presentation

* 500 words
* To be emailed to CaEitS2011@UGent.be
* Please write « ABSTRACT SUBMISSION » in the Subject header of your
mail
* A notification of receipt will be sent shortly after 15th May
* All abstracts will be carefully refereed

15 June: notification of acceptance of papers for presentation.

1 July: deadline for registration to attend the conference

* Instructions for registration will be listed on www.caeits2011.ugent.be
in due course
* Please also send an email to CaEitS2011@UGent.be to say that you
will be attending
(with « REGISTRATION » in its Subject header)

19-21 September: conference

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Les parcours sociologiques d’A. Abbott

Colloque autour des travaux d’Andrew Abbott.

Université Versaille Saint-Quentin, 25 et 26 mai 2011.

Si Andrew Abbott est surtout connu pour ses travaux de sociologie des professions, le but est notamment de prendre la mesure de la diversité des thématiques, approches, concepts et modèles qu’il a articulés au fil de son parcours. En France les différents aspects de cette production foisonnante et ambitieuse sont inégalement connus. Aucun de ses livres, pourtant considérés comme des références de la sociologie américaine contemporaine, n’a été traduit dans notre langue, et seuls quelques-uns de ses articles et chapitres d’ouvrages sont disponibles en français.

Le colloque réunira des sociologues partageant un intérêt pour les recherches menées par Andrew Abbott, et souhaitant discuter l’un de ses aspects. Les communications devront permettre d’approfondir la discussion sur des concepts centraux dans ses travaux, ou favoriser la compréhension de son héritage et des singularités de sa sociologie. Les organisateurs cherchent tout particulièrement à susciter des contributions s’éloignant des aspects les plus connus de ses travaux, et ce à partir d’enquêtes et d’espaces disciplinaires variés.

L’un des objectifs du colloque est de favoriser le croisement des points de vue, et de ce fait il alternera conférences, tables rondes, et autres formules pour le débat scientifique.

Le programme du colloque est disponible ici.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Journée d’étude « Philosophies et sciences sociales : usages et transformations des concepts », 12 mai 2011, Paris Ouest Nanterre

Par bien des aspects aujourd’hui, il semble contestable d’ériger une frontière entre la philosophie et les sciences sociales, tant la multiplication des usages et des emprunts conceptuels dans les sciences humaines se couple à une extension des objets de questionnement et à l’étude de thèmes communs. Cependant, s’agit-il uniquement d’emprunts heuristiques que la philosophie puiserait dans les sciences sociales (et inversement) ? Quels effets ces translations ont-elles sur la production des concepts ? Sur la distinction entre le conceptuel et le non-conceptuel ? Sur les méthodes, les terrains d’enquête et les pratiques discursives ?

Ces questions, que nous souhaiterions examiner dans le cadre de cette journée d’études, permettent à la fois de ne pas hypostasier des différences tendancielles, mais aussi de revenir aux enjeux épistémologiques des partitions disciplinaires et à leur fécondité, pensée également en termes de frictions, de contestations, voire de conflits. L’horizon de cette journée serait donc d’identifier des modalités (usages, positionnements épistémologiques, traductions éventuelles) à travers lesquelles certaines sciences sociales, à l’image de l’économie, de la sociologie et de l’histoire, se saisissent de contenus, concepts, énoncés, thèses philosophiques, et les effets qui en résultent sur les frontières et partages disciplinaires. Mais l’on aimerait aussi peut-être évaluer si en retour certaines pratiques de la philosophie – notamment en philosophie politique ou philosophie sociale – se voient réorientées, renouvelées, ou reconfigurées, par ces importations.

.

Journée d’études organisée par Franck Bessis [2]Guillaume Calafat [3]Cécile Lavergne [4], en partenariat avec l’Association Française d’Economie Politique (AFEP [5]), le laboratoire Sophiapol [6], le Pôle « l’Humain en devenir » (ED 139), le GDR [7] sociologie économie et Tracés, revue de sciences humaines [8].

Date :
Jeudi 12 mai 2011

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B salle B015
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus

tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

.

PROGRAMME

9h30 Accueil des participants et Introduction

Session 1 : Anthropologie, normes et action

10h Cyril Lemieux [9](maître de conférence à l’EHESS, directeur adjoint du GSPM)
« Concepts philosophique, concepts pour l’enquête en sciences sociales : le prix du passage »

11h Frédéric Lordon [9](directeur de recherche au CNRS – CESSP/ Paris La Sorbonne)
« L’efficacité des institutions. Eléments pour une science sociale spinoziste »
.

Session 2 : Reconnaissance et identité

14h30 Christian Lazzeri [10](professeur de philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre – directeur du Sophiapol)
« Identité et appartenance sociale »

15h30 Alessandro Pizzorno (professeur de Théorie sociale à  l’Institut universitaire européen, Florence)
« L’individualisme hobbien et le rapport de reconnaissance »
.

Table ronde: Décloisonner les partitions disciplinaires : problèmes institutionnels

Olivier Favereau [11](professeur en économie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR EconomiX), Nicolas Postel [12](maître de conférences en économie à l’Université Lille 1, UMR Clersé) et François Vatin [13] (professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR IDHE).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

La causalité en démographie. INED, 28 Mars

Conférence de Herbert Smith (University of Pennsylvania).

Le 28/03/11 à l’Ined, salle Sauvy

Dans la littérature anglo-saxonne, l’idée du critère (ou principe) de « manipulation » dans l’étude des liens de causalité est débattue. Cette idée ? Que la différence entre deux états d’être ne peut pas constituer un « effet d’une cause » en soi sauf quand les tels états (ou conditions) sont sujets à la manipulation dans le sens d’une expérience, où l’expérimentateur peut assigner aléatoirement (de manière réelle ou virtuelle) les sujets à ces conditions. C’est un peu un casse-tête, car conceptuellement l’expérience est fortement présente dans la définition (contemporaine, moderne, statistique, anglo-saxonne) de « l’effet d’une cause » mais parmi les scientifiques en sciences sociales (surtout démographes) on a tendance à tenter d’identifier les causes dans des faits plus ou moins immuables, comme le sexe ou l’âge. Effectivement, la liste des « causes » potentielles dans la littérature est longue, mais la liste des facteurs, surtout au niveau individuel (où nous collectons la plupart de nos données) ne l’est pas. Dans ce contexte, le critère de manipulation est un invité imprévu, voire malvenu. Que faire ? Bien sûr, on peut étendre la définition d’une cause afin qu’elle convienne à nos habitudes, et il y a toujours beaucoup à dire pour le pluralisme et la tolérance, en science comme ailleurs. Mais si on se pose la question, « ce langage de causalité, pourquoi nous intéresse-t-il tant ? » on revient sur l’idée que, au fond, on s’efforce de découvrir ce qui va se passer si nous faisons quelque chose, quand nous agissons.

http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/lundis_ined/bdd/rendez_vous/516/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Atelier de lecture d’épistémologie des SHS au CURAPP-ESS (Amiens)

La première séance du séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des SHS organisé par l’axe 2 (« Savoirs ») du CURAPP-ESS (UMR 6054 : CNRS/UPJV) aura lieu le mardi 18 janvier 2011, de 16H30 à 19H00 au Pôle Cathédrale de l’Université de Picardie (salle 313)

Coordonné par L. Perreau et B. Ambroise, l’atelier est entièrement consacré cette année au travail de J.-Cl. Passeron. Il s’attachera à retracer l’ensemble du parcours scientifique de Passeron à travers un examen minutieux de ses textes, depuis les premiers travaux co-écrits avec P. Bourdieu jusqu’aux travaux plus récents où l’auteur défend la spécificité de la connaissance des sciences sociales en s’appuyant sur la lecture de M. Weber. L’ambition du séminaire est ainsi de comprendre ce que peut être une connaissance sociologique, dans sa spécificité et sa rigueur, sans vouloir la lui imposer depuis un point de vue extérieur, que seul le philosophe serait à même de garantir. Il ne s’agit ainsi pas de légiférer sur la sociologie (et les autres sciences sociales), mais bien d’établir un dialogue constructif avec les praticiens des sciences sociales afin d’explorer sa teneur cognitive (et, le cas échéant, d’en apprendre à la philosophie). Ce séminaire est ainsi ouvert à tous les philosophes et praticiens des sciences sociales soucieux de dialoguer en revenant sur les principes épistémologiques et méthodologiques de leurs disciplines.

La première séance sera entièrement consacrée à un retour opéré sur le premier ouvrage à teneur épistémologique auquel J.-Cl. Passeron a collaboré. Il s’agit du Métier de sociologue, fruit de la co-écriture de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et J.-Cl. Passeron, qui est devenu un classique des sciences sociales. Au moment de sa rédaction, en 1968, il a fait la démonstration éclatante de l’utilité et de la pertinence d’une réflexion rigoureuse sur les pratiques et les techniques de la sociologie, à une époque où l’épistémologie de cette discipline était peu développée. Dans le sillage de Bachelard, Canguilhem et Koyré, c’est ainsi une épistémologie attentive aux exigences de la méthodologie du travail sociologique qui se déploie. Celle-ci plaide en faveur d’une logique de l’invention qui lie effectivement théorie et expérience et construit consciemment son objet de recherche en rupture avec les conceptions du sens commun.

Il s’agira en premier lieu pour nous de revenir sur les spécificités et les difficultés de ce texte pour préciser son rôle et son importance dans le parcours épistémologique de J.-Cl. Passeron et dans son rapport à la réflexion ultérieure de P. Bourdieu.

Nous vous invitons chaleureusement à participer avec nous à cette réflexion !

Laurent Perreau, Bruno Ambroise

Contacts : bruno.ambroise@u-picardie.fr ; laurent.perreau@u-picardie.fr
Annonce des dates du séminaire sur le site du CURAPP-ESS : http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts