Ateliers Condorcet Philosophie et sciences sociales

Ateliers Condorcet Philosophie et Sciences sociales
– objets communs, migrations conceptuelles

Les ateliers Philosophie et sciences sociales sont co-organisés par l’équipe Philosophies Contemporaines – NoSoPhi (EA 3562, Université Paris I Panthéon-Sorbonne) et l’Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER) de l’EHESS. Ils sont labellisés Ateliers Campus Condorcet et financés par l’EPCS Campus Condorcet pour l’année 2012-2013.

Organisation
Mélanie Plouviez, post-doctorante, Institut Michel Villey / Philosophies Contemporaines – NoSoPhi
Gildas Salmon, Chargé de recherche CNRS, Institut Marcel Mauss – Laboratoire Interdisciplinaire d’Études sur les Réflexivités (LIER)

Présentation des ateliers
L’atelier Philosophie et sciences sociales se propose de réunir sociologues, anthropologues, économistes, linguistes et philosophes. Plutôt que de mener une réflexion épistémologique sur les rapports entre ces disciplines, cet atelier entend confronter les approches respectives qu’elles proposent d’objets qui leur sont partiellement communs. En mettant à chaque fois la démarche et les résultats d’une de ces sciences sociales à l’épreuve des questionnements issus des autres disciplines, nous voudrions saisir tout à la fois la pertinence des  différences disciplinaires et les points de passage où les frontières se brouillent. Notre objectif est ainsi double : d’une part, faire vivre ce dialogue interdisciplinaire aujourd’hui, d’autre part, retracer historiquement la manière dont il a contribué, à travers des migrations de problèmes, de concepts et de méthodes, à façonner ces disciplines dans leurs différences mêmes.

L’atelier Philosophie et sciences sociales est organisé autour d’une thématique annuelle transversale aux sciences sociales confrontées. Il consiste en quatre demi-journées structurées autour d’interventions sur un même objet de deux spécialistes des disciplines confrontées, suivies d’une discussion.

Thématique 2013 : les usages sociaux de la langue
L’objectif de cet atelier est de comprendre la manière dont l’émergence de la sociolinguistique dans les années 1960 vient reconfigurer les relations entre linguistique, sociologie, et philosophie du langage. La linguistique et la sociologie n’ont certes pas attendu l’émergence de la sociolinguistique pour nouer des relations privilégiées : que l’on songe aux transferts et aux emprunts mutuels qui se jouent au début du XXe siècle entre l’école durkheimienne et la linguistique saussurienne, ou encore à l’effort mené par le structuralisme pour étendre le modèle linguistique à l’ensemble des sciences sociales. À cet égard, la nouveauté de l’approche introduite par William Labov tient moins à la mise en rapport de savoirs hétérogènes qu’au statut accordé à la variation : à l’aide de nouvelles techniques d’enquête, le sociolinguiste parvient à objectiver un ensemble de variations stylistiques qui étaient mises hors-circuit par les approches structurales, et qui correspondent à une stratification sociale des usages de la langue.

Comment cette redéfinition du problème de la variation affecte-t-il le programme théorique de la linguistique dans un contexte où la grammaire générative, sous l’impulsion de Chomsky, arrache la langue aux sciences sociales pour en faire l’objet d’une science naturelle ? De quelle manière et dans quelle mesure la corrélation entre stratification sociale et stratification grammaticale mise au jour par la sociolinguistique a-t-elle été prise en compte par les grands programmes de recherche sociologique, et modifié la définition même de ce qu’est une société (sociologie bourdieusienne, sociologie pragmatique) ? Les variations sociales des  usages de la langue laissent-elles intacte la tradition philosophique d’analyse des actes de langage : si tout énoncé incorpore des marques du statut social du locuteur qui conditionnent sa réception et ses effets, comment repenser les concepts austiniens d’une manière qui les rende plus opératoire dans l’enquête ?

Premier atelier : Approches historiques du problème de la variation sociale – mardi 9 avril 2013, 14h-17h
14h-15h  Bernard Laks, Professeur de linguistique à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Pourquoi y a-t-il de la variation plutôt que rie n ? Pour une linguistique darwinienne »

15h-16h Patrice Maniglier, Maître de conférences en philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
« Calcul à Cultures : la question de la variation dans l’histoire du structuralisme et de l’intelligence artificielle »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Second atelier : Bourdieu et la sociolinguistique  – jeudi 16 mai 2013, 15h-17h
Cette séance est organisée conjointement par les ateliers Philosophie et sciences sociales et le séminaire Relectures de Pierre Bourdieu de l’EHESS.

15h-16h Michel de Fornel, Directeur d’études en sociolinguistique à l’EHESS
« Bourdieu et l’analyse du langage »

16h-17h Discutants :
1/ Bruno Karsenti, Directeur d’études en philosophie à l’EHESS
2/ Gildas Salmon, Chargé de recherche en philosophie, Institut Marcel Mauss
Lieu : amphithéâtre François-Furet, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Troisième atelier : La théorie des actes de langage à l’épreuve de la sociolinguistique – jeudi 12 septembre 2013, 14h-17h
14h-15h Bruno Ambroise, Chargé de recherche en philosophie, CURAPP
« Actes de parole, conventions et société : quelle(s) détermination(s) sociale(s) de l’efficacité discursive ? »

15h-16h Béatrice Fraenkel, Directrice d’études, Chaire « Anthropologie de l’écriture », EHESS
« Des actes d’écriture ? Usages anthropologiques d’Austin »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

Quatrième atelier : Quelle place pour la sociolinguistique dans la sociologie pragmatique ? – jeudi 3 octobre 2013, 14h-17h
14h-15h  Cyril Lemieux, Directeur d’études en sociologie à l’EHESS
« De la pragmatique linguistique à la sociologie pragmatique : principes communs et déplacements »

15h-16h Gabriel Bergounioux, Professeur de linguistique à l’Université d’Orléans
« La construction langagière du monde social : de la représentation à la critique »

16h-17h Discussion
Lieu : Salle de lecture de NoSoPhi (14 rue Cujas – G 615 bis – Escalier K, 2ème étage)

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Conférence: Causalité et probabilités

Causalité et probabilités : de l’analyse conceptuelle à la méthodologie scientifique

Centre Cavaillès, 24 avril, 13H30 (attention au changement de date par rapport au programme initial)

Isabelle Drouet
Où en sommes-nous de l’inférence de connaissances causales à partir de prémisses probabilistes ? L’objet de mon exposé est de répondre à cette question en prenant en compte les développements méthodologiques les plus récents. Je commencerai par présenter les théories philosophiques du concept de cause et par mettre en évidence ce qui fait obstacle à la transposition de ces théories, même satisfaisantes, du domaine de l’analyse conceptuelle à celui de la méthodologie scientifique. Je montrerai comment les différentes méthodes aujourd’hui disponibles pour inférer des connaissances causales à partir de prémisses probabilistes peuvent être conçues comme mettant en oeuvre autant de stratégies de contournement des obstacles mis en évidence. Parmi les méthodes et outils d’inférence causale, j’accorderai une attention particulière aux essais cliniques randomisés et aux réseaux bayésiens.
Programme du séminaire hasard : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/activites-56/seminaires-2012-2013-173/article/seminaire-hasard-2012-2013
Accès au Centre Cavaillès : http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/article/acces-au-centre-cavailles

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Programme de l’année 2012-2013

Le séminaire continue en 2012-2013. Il aura lieu le jeudi de 16h30 à 19h00 dans les locaux de l’ENS, Boulevard Jourdan (salle de réunion du bâtiment F, sauf indication contraire). Pour être tenu au courant des informations du groupe, inscrivez-vous à la mailing-list en envoyant un email à eollion<a.t.>ens.fr.

24 janvier : Différents types de modèles en sciences sociales, quelques points de comparaison (salle de réunion du batiment B). Responables de la séance : Fabien Accominotti (Université Columbia), Isabelle Drouet (IHPST), Samuel Coavoux (Centre Max Weber)

21 février : La comparaison en science sociales (salle F)
Responsables de la séance : Mathieu Hauchecorne (Printemps), Étienne Ollion (CSO)
Le recours à la comparaison en sciences sociales est souvent présenté comme un élément à la fois constitutif des disciplines et nécessaire à leur scientificité. Durkheim y voyait un équivalent possible de la démarche expérimentale des sciences de la nature, et Weber l’a mise au coeur de sa démarche en élaborant la notion d’idéal-type. La séance vise à revenir sur les différentes manières dont la comparaison est mise en oeuvre aujourd’hui dans les sciences sociales et sur les questions qu’elle soulève en se centrant sur quelques débats récents, comme ceux qui ont entouré l’analyse qualitative comparée (Ragin), ou les recherches sur les circulations transnationales ou en histoire croisée.

28 mars : Austin Powers : la notion de performativité et ses usages en sciences sociales (salle 8)
Intervenant : Bruno Ambroise (CURAPP)
Discutants : Mathieu Hauchecorne (Printemps), Elsa Rambaud (CESSP)
La séance reviendra sur la pensée du philosophe britannique John L. Austin et sur ses usages en SHS. L’exposé se centrera en particulier sur la manière dont ont été théorisées chez ce dernier les notions de performatif et d’acte de parole, afin de comprendre ce qui est en jeu dans l’idée d’un pouvoir du langage. On analysera ce faisant comment ces notions s’articulent avec plusieurs concepts centraux attachés à la philosophie du langage ordinaire (« conditions de félicité », « intention », « convention », « illocutoire », « autorité » etc.). La discussion portera sur les appropriations de ces concepts en sciences sociales, notamment en histoire intellectuelle, sociologie pragmatique, sociologie des sciences et sociologie économique, et théories du genre.

25 avril : Des conséquences inattendues d’un paradigme émergent. Robert K. Merton et l’avènement contrarié d’une sociologie de la connaissance scientifique (salle F)
Intervenant : Arnaud Saint Martin (Printemps)
Discutant : Olivier Roueff (CRESSPA)
La séance reviendra sur la genèse et les redéfinitions du programme mertonien de sociologie des sciences et sur les critiques formulées à son encontre par les protagonistes des science studies. En revenant sur certains lieux communs attachés à cette histoire, la séance permettra aussi de se demander en quoi la sociologie des science interroge certaines des croyances usuelles de l’analyse sociologique.

3 juin : L’événement, un objet pour les sciences sociales? (salle à préciser)
Responsables de la séance : Florence Hulak (IEA Paris), Laurent Jeanpierre (Labtop), Florian Nicodème (ENS)
On qualifie usuellement d’« événement » ce qui arrive de façon singulière et inédite. Or les procédures d’explications utilisées en sciences sociales supposent de comparer des cas qualifiés de semblables. Comment les sciences sociales peuvent-elles donc rendre raison des événements ? Sont-elles véritablement en mesure de les expliquer, ou doivent-elles se contenter de les interpréter ? Cette séance examinera les difficultés propres au concept d’événement en sciences sociales et les voies qui ont pu être empruntées pour tenter de les résoudre.

27 juin : Séance autour des travaux de Michel Dobry (salle à préciser)

Adresse :
Ecole Normale Supérieure
48, Boulevard Jourdan
75014 Paris

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

I. Drouet: Causalités, Probabilités et Inférences

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage d’Isabelle Drouet intitulé Causes, probabilités, inférences, aux Editions Vuibert.

 Extrait de la quatrième de couverture

La définition de la causalité est une question centrale en philosophie des sciences qui, si elle suscite l’intérêt des philosophes depuis l’Antiquité, s’est vu profondément renouvelée depuis le milieu du xxe siècle. Ainsi, la philosophie de la causalité constitue aujourd’hui un domaine très dynamique. Néanmoins, les avancées dans l’analyse du concept de cause sont restées largement indépendantes des méthodes utilisées dans les sciences expérimentales pour identifier les relations causales.

Le principal objectif de cet ouvrage est donc de reconnecter l’analyse philosophique du concept de cause et la méthodologie scientifique. Pour cela, il montre la place majeure occupée aujourd’hui par les approches probabilistes. D’un côté, en effet, les théories probabilistes ont joué un rôle moteur dans le renouveau récent de la philosophie de la causalité. De l’autre, des avancées méthodologiques récentes parmi les plus remarquables concernent l’identification des relations causales à partir de données statistiques.

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Girard, Hulak (dir.) Philosophie des sciences humaines, Vrin

sous la direction de Florence Hulak et Charles Girard

 

Les sciences humaines ont en partage des concepts. L’histoire et la géographie, la sociologie et l’anthropologie, l’économie et la linguistique, la psychologie et la psychanalyse trouvent leur unité dans l’usage divers qu’elles en font, plutôt que dans un objet commun aux contours incertains. Pour s’établir comme sciences, elles ont dû affronter les problèmes épistémologiques, ontologiques et pratiques qu’ils suscitent ou révèlent.

En s’efforçant d’éclairer le sens et l’efficace de ces concepts, en rendant compte de l’articulation et de l’évolution de ces problèmes, la philosophie peut contribuer au développement des sciences humaines. Elle ouvre aussi pour elle-même un accès plus sûr à leurs savoirs et questionnements, sans lesquels elle ne saurait désormais avancer.

Les contributions réunies dans ce recueil explorent, dans cette perspective, neufs concepts essentiels : la causalité, les normes, l’interaction, l’événement, la nature, la société, l’inconscient, l’expérimentation et la neutralité.

Table des matières

Introduction par Florence Hulak et Charles Girard

“La causalité” par Pierre Demeulenaere
“Les normes” par Ruwen Ogien
“L’interaction” par Céline Bonicco-Donato
“L’événement” par Florence Hulak
“La nature” par Pierre Charbonnier
“La société” par Eva Debray
“L’inconscient” par Claire Pagès
“L’expérimentation” par Stéphanie Dupouy
“La neutralité” par Francesco Callegaro et Charles Girard

Vrin, Bibliothèque d’histoire de la philosophie, 2011

280 pages, 12 euros

 

Plus d’informations sur le site de Paris-IV. 

http://www.rationalites-contemporaines.paris4.sorbonne.fr/spip.php?article669

 

 

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

CoFSS: programmation 2011-2012

Thème de la deuxième année de l’atelier : Les inobservables en sciences sociales

 

La deuxième année de l’atelier CoFSS (Comment fait-on des sciences sociales ?) sera consacrée aux inobservables en sciences sociales. Tout comme les sciences de la nature, les sciences sociales mobilisent en effet couramment dans leurs raisonnements des entités qui ne tombent pas directement sous les sens : « intentions », « préférences », « intérêts », « dispositions », « champs », « structures », « chômage structurel », « conscience de classe », « anticipations », etc. De même que les « électrons » ou les « forces » qu’étudient les sciences de la nature, de nombreuses entités mobilisées par le sociologue, l’économiste ou l’historien ne se donnent jamais à voir directement, mais seulement à partir de leurs traces, de leurs instanciations particulières ou encore des effets qu’on leur impute. Ces entités sont d’autant plus fréquentes en sciences sociales qu’elles résultent non seulement du travail théorique, mais encore de la dimension symbolique des objets d’étude.

Le recours aux inobservables en sciences sociales n’a pas suscité chez les philosophes des sciences un intérêt analogue à celui qu’ils ont manifesté à propos des sciences de la nature, notamment dans le cadre des débats entre réalistes et anti-réalistes. Ce recours n’en soulève pas moins de nombreuses questions. Quelles entités enrôle-t-on dans les descriptions et les explications des phénomènes sociaux sans pouvoir les observer directement ? Pourquoi le fait-on ? Et comment le fait-on ? Les inobservables dont parlent les sciences sociales constituent-ils des entités réelles ou des « fictions commodes » que justifient les seules fins du raisonnement ? Quelle fonction leur revient dans le raisonnement sociologique, historique ou économique ? Au moyen de quelles techniques les sciences sociales parlent-elles de leurs inobservables et comment les justifient-elles? En essayant de se tenir au plus près du travail concret mis en œuvre par les praticiens de ces disciplines, les différentes séances de l’atelier viseront à croiser questionnements ontologiques, épistémologiques et méthodologiques en se centrant sur des cas d’inobservables particuliers.

 

Mardi 18 octobre : Réunion de rentrée

Mercredi 23 Novembre : La notion de disposition en philosophie et en sciences sociales (JM Fleury, R. Pudal)

Mardi 24 janvier: Constructions et représentations mentales: les inobservables de la psychologie? (S. Dupouy, J. Sackur)

Mardi 21 février :  Les modèles de champ à l’épreuve des relations concrètes (L. Bernard, F. Godart, M. Hauchecorne, O. Roueff)

Mercredi 28 mars : La notion d’intérêt en sciences sociales (F. Briatte, M. Hauchecorne, A. Lentacker)

Mardi 29 mai : TBD

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

24 janvier: Séance inobservables en psychologie

Constructions et représentations mentales: les inobservables de la psychologie?

Séance animée par Stéphanie Dupouy et Jérôme Sackur

L’exposé présentera et comparera différents genres d’inobservables rencontrés en psychologie : les représentations qui sont au cœur du paradigme cognitiviste, mais aussi d’autres constructions théoriques (les traits de personnalité, les variables latentes de la psychologie sociale, la dissonance cognitive, etc.)

 

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

AaC: Philosophy of the Social Sciences Conference

First European Network for the Philosophy of the Social Sciences Conference 

University of Copenhagen
September 21-23, 2012

www.enposs.eu

The European Network for the Philosophy of the Social Sciences (ENPOSS)
invites contributions to its inaugural conference. Contributions from all
areas within the philosophy of the social sciences are encouraged. Moreover,
contributions from both philosophers and social scientists are welcome.

Keynote speakers:
– Peter Hedström (University of Oxford)
– Philip Pettit (Princeton University)
– Stephen Turner (University of South Florida)
– Björn Wittrock (Uppsala University)

Submissions:
– An abstract of no more than 1000 words suitably prepared for blind
reviewing should be submitted electronically.
– Opening for submissions: January 15, 2012. Information about how to submit
will be available at www.enposs.eu shortly.
– Each abstract will be reviewed by two members of the Scientific Committee.
Members of this year s committee are: Anna Alexandrova, Kevin Binmore, Luc
Bovens, Antonella Carassa, Malinda Carpenter, Igor Douven, Jan Faye, Wulf
Christian Gartner, Francesco Guala, Harold Kincaid, Hartmut Kliemt, Martin
Kusch, Tony Lawson, Eleonora Montuschi, Jos Antonio Noguera, William
Outhwaite, Elisabeth Pacherie Julian Reiss, Kristina Rolin, Federica Russo,
Hans Bernard Schmid, Paul Sheehy, Dan Steel, David Teira, Deborah Tollefsen
and Erik Weber.
– Deadline for submission: March 15, 2012
– Date of notification of acceptance: May 15, 2012

ENPOSS:
– The purpose of ENPOSS is to promote, encourage and facilitate academic
discussion and research in the philosophy of the social sciences broadly
conceived.
– Its Steering Committee consists of Alban Bouvier (Paris), Byron Kaldis
(Athens), Thomas Uebel (Manchester), Julie Zahle (Copenhagen), and Jes s
Zamora-Bonilla (Madrid).

Local organizers:
– Julie Zahle and Finn Collin both from the Section of Philosophy,
University of Copenhagen.

Conference homepage:
– For more information about the conference and ENPOSS, see  www.enposs.eu

Publication:

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Séminaire 23.11 — La notion de dispositions: perspectives croisées

La prochaine réunion du séminaire CoFSS aura lieu le mercredi 23 novembre 2011 de 10h à 12h30.

Romain Pudal (Sociologie, CESSP-EHESS) et Jean-Mathias Fleury (Philosophie, Collège de France) présenteront chacun une réflexion sur les usages de la notion de dispositions en sciences sociales.

ATTENTION: en raison de la date particulière (un mercredi), le séminaire se tiendra exceptionnellement en salle en salle de réunion, au 2ème étage du bâtiment B du site Jourdan (48, Bd Jourdan, 75014).

Des textes seront mis à disposition des participant-e-s sur la partie réservée du site. Pour y accéder, et pour recevoir des informations ponctuelles et des rappels des dates du séminaire, n’hésitez pas à vous inscrire à la liste de discussion électronique (faire une demande à eollion(at]ens.fr).

Comme à l’habitude, le séminaire est ouvert à toutes et à tous.

 

 

 

 

 

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

AaC: Methods of Discovery in the Social Sciences

CALL FOR ABSTRACTS  & PAPERS
WORKSHOP: Discovery in the social sciences: Towards an empirically-informed philosophy of social science

University of Leuven, Belgium, March 22-23, 2011

Submission deadline for abstracts: 31 December, 2010.
Notification of acceptance: January 15, 2011.

Keynote speakers
Alison Wylie (University of Washington): « transformative criticism as a catalyst for discovery: Community Based Collaborative Practice in archaeology »
Jack Vromen (Erasmus University Rotterdam)

Call for papers:
The aim of this workshop is to bring together scholars who are working in the philosophy of the social sciences, especially those interested in scientific practice. The theme is discovery in the social sciences.

We invite submissions of extended abstracts (about 1000 words), and we are especially eager to hear from young researchers, including graduate students, postdoctoral fellows, tenure-track professors and other recent PhDs, working in the philosophy of the social sciences or related fields. We are interested in both case studies that examine specific instances of discovery in social sciences, and in more theoretical or methodological papers that are informed by scientific practice. We take ‘discovery’ in a broad sense, meaning discovery of empirical phenomena, theories and laws. ‘Social sciences’ refers to a broad range of disciplines, including (but not limited to) economics, anthropology, history, archaeology, psychology (including neuroscience), linguistics, and sociology.

Possible topics (not an exhaustive list) include:
– What is specific to discoveries in the social sciences?
– What is the epistemic role of artefacts in discovery, for example in neuroscientific research?
– Can we discern patterns in discovery in the social sciences?
– The discovery of laws in social sciences.
– Case-studies of discovery in specific social sciences.
– Creativity in social scientific practice.

Please send your abstract, preferably as pdf or rtf to Helen De Cruz, using the following e-mail address philosophy.social.sciences[at]gmail.com by December 31 2010. Please also indicate your position (e.g., graduate student, postdoc, assistant professor).

Scientific committee: Helen De Cruz (University of Leuven), Eric Schliesser (Ghent University), Farah Focquaert (Ghent University), Raymond Corbey (University of Leiden and Tilburg University).

This workshop is supported by funding from the University of Leuven and Ghent University.

Dr. Helen De Cruz
Centre for Logic and Analytic Philosophy
University of Leuven
Dekenstraat 2
3000 Leuven
Belgium

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts