Journée d’étude « Philosophies et sciences sociales : usages et transformations des concepts », 12 mai 2011, Paris Ouest Nanterre

Par bien des aspects aujourd’hui, il semble contestable d’ériger une frontière entre la philosophie et les sciences sociales, tant la multiplication des usages et des emprunts conceptuels dans les sciences humaines se couple à une extension des objets de questionnement et à l’étude de thèmes communs. Cependant, s’agit-il uniquement d’emprunts heuristiques que la philosophie puiserait dans les sciences sociales (et inversement) ? Quels effets ces translations ont-elles sur la production des concepts ? Sur la distinction entre le conceptuel et le non-conceptuel ? Sur les méthodes, les terrains d’enquête et les pratiques discursives ?

Ces questions, que nous souhaiterions examiner dans le cadre de cette journée d’études, permettent à la fois de ne pas hypostasier des différences tendancielles, mais aussi de revenir aux enjeux épistémologiques des partitions disciplinaires et à leur fécondité, pensée également en termes de frictions, de contestations, voire de conflits. L’horizon de cette journée serait donc d’identifier des modalités (usages, positionnements épistémologiques, traductions éventuelles) à travers lesquelles certaines sciences sociales, à l’image de l’économie, de la sociologie et de l’histoire, se saisissent de contenus, concepts, énoncés, thèses philosophiques, et les effets qui en résultent sur les frontières et partages disciplinaires. Mais l’on aimerait aussi peut-être évaluer si en retour certaines pratiques de la philosophie – notamment en philosophie politique ou philosophie sociale – se voient réorientées, renouvelées, ou reconfigurées, par ces importations.

.

Journée d’études organisée par Franck Bessis [2]Guillaume Calafat [3]Cécile Lavergne [4], en partenariat avec l’Association Française d’Economie Politique (AFEP [5]), le laboratoire Sophiapol [6], le Pôle « l’Humain en devenir » (ED 139), le GDR [7] sociologie économie et Tracés, revue de sciences humaines [8].

Date :
Jeudi 12 mai 2011

Lieu :
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Bâtiment B salle B015
Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus

tél du secrétariat : 01.40.97.73.78

.

PROGRAMME

9h30 Accueil des participants et Introduction

Session 1 : Anthropologie, normes et action

10h Cyril Lemieux [9](maître de conférence à l’EHESS, directeur adjoint du GSPM)
« Concepts philosophique, concepts pour l’enquête en sciences sociales : le prix du passage »

11h Frédéric Lordon [9](directeur de recherche au CNRS – CESSP/ Paris La Sorbonne)
« L’efficacité des institutions. Eléments pour une science sociale spinoziste »
.

Session 2 : Reconnaissance et identité

14h30 Christian Lazzeri [10](professeur de philosophie à l’Université Paris Ouest Nanterre – directeur du Sophiapol)
« Identité et appartenance sociale »

15h30 Alessandro Pizzorno (professeur de Théorie sociale à  l’Institut universitaire européen, Florence)
« L’individualisme hobbien et le rapport de reconnaissance »
.

Table ronde: Décloisonner les partitions disciplinaires : problèmes institutionnels

Olivier Favereau [11](professeur en économie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR EconomiX), Nicolas Postel [12](maître de conférences en économie à l’Université Lille 1, UMR Clersé) et François Vatin [13] (professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, UMR IDHE).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

26 avril : Séance Micro-histoire et échelles d’analyse

Micro-histoire et échelles d’analyse

La diffusion de la « micro-histoire » repose sur une série de dualités (macro / micro, histoire des moyennes / des marges, du haut / du bas, histoire sociale / culturelle…) qui renvoie au partage d’une situation critique (la remise en cause de l’histoire sociale quantitative) bien plus qu’à celui d’attendus épistémologiques communs ou de méthodes unifiées. On proposera quelques thèmes de discussion :

1. En se demandant si le clivage méthodologique pertinent oppose la macro-histoire, incarnée par l’histoire des Annales (depuis L. Febvre et M. Bloch), qui soulèverait des difficultés insolubles, à la micro-histoire, d’abord portée par les historiens italiens (C. Ginzburg, G. Levi), qui parviendrait à les dépasser, ou s’il traverse au contraire l’une et l’autre de ces traditions ;
2. En présentant les travaux de Maurizio Gribaudi du fait qu’ils posent explicitement la question de la reconstruction du macro à partir du micro en termes d’usage des sources et de choix des méthodes.

La réunion aura lieu en salle de réunion du bâtiment F, à l’ENS (campus Jourdan).

Les textes sont comme à l’habitude disponibles dans la rubrique Espace de travail.

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

La causalité en démographie. INED, 28 Mars

Conférence de Herbert Smith (University of Pennsylvania).

Le 28/03/11 à l’Ined, salle Sauvy

Dans la littérature anglo-saxonne, l’idée du critère (ou principe) de « manipulation » dans l’étude des liens de causalité est débattue. Cette idée ? Que la différence entre deux états d’être ne peut pas constituer un « effet d’une cause » en soi sauf quand les tels états (ou conditions) sont sujets à la manipulation dans le sens d’une expérience, où l’expérimentateur peut assigner aléatoirement (de manière réelle ou virtuelle) les sujets à ces conditions. C’est un peu un casse-tête, car conceptuellement l’expérience est fortement présente dans la définition (contemporaine, moderne, statistique, anglo-saxonne) de « l’effet d’une cause » mais parmi les scientifiques en sciences sociales (surtout démographes) on a tendance à tenter d’identifier les causes dans des faits plus ou moins immuables, comme le sexe ou l’âge. Effectivement, la liste des « causes » potentielles dans la littérature est longue, mais la liste des facteurs, surtout au niveau individuel (où nous collectons la plupart de nos données) ne l’est pas. Dans ce contexte, le critère de manipulation est un invité imprévu, voire malvenu. Que faire ? Bien sûr, on peut étendre la définition d’une cause afin qu’elle convienne à nos habitudes, et il y a toujours beaucoup à dire pour le pluralisme et la tolérance, en science comme ailleurs. Mais si on se pose la question, « ce langage de causalité, pourquoi nous intéresse-t-il tant ? » on revient sur l’idée que, au fond, on s’efforce de découvrir ce qui va se passer si nous faisons quelque chose, quand nous agissons.

http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/lundis_ined/bdd/rendez_vous/516/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

22 mars: Séance autour du « Raisonnement Sociologique » de JC Passeron

De 10h à 12h30, Salle de réunion du bâtiment F, Site Jourdan (48, Bd Jourdan, à gauche une fois sorti du bâtiment principal par le fond).

Discussion autour du Raisonnement sociologique de JC Passeron (2006 [1991]) et en particulier de sa thèse du « dualisme épistémologique » entre sciences sociales et sciences de la nature.

Comme à l’habitude, les documents pour la séance se situent dans l’espace de travail.

A mardi!

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

1er mars : Epistémologies du positionnement (standpoint)

De 10h à 12h30, Salle de réunion du bâtiment F, Site Jourdan (48, Bd Jourdan, à gauche une fois sorti du bâtiment principal par le fond).

La séance sera donc consacrée aux épistémologies féministes du positionnement (standpoint, souvent traduit par point de vue). A travers la critique des fictions épistémologiques du positivisme naturaliste comme du relativisme constructionniste, elles proposent de renouveler les épistémologies du point de vue, la question du rapport entre science et sens commun. A partir du constat que les savoirs sont situés dans l’espace physique et  social – espace non seulement des rapports de classe mais aussi de genre, de race, impérialistes… – les épistémologies du positionnement affirment que cette « situation » des savoirs produit des points aveugles, des biais et des effets politiques négatifs, mais qu’elle peut aussi être le socle d’une science à la fois plus libératrice et plus objective, dans la mesure où l’ensemble des opérations concrètes de la pratique scientifique peut (et doit) être amélioré à partir de ces attendus. La séance visera à présenter les principaux éléments des travaux concernés pour les mettre en discussion.

Les textes ainsi que des liens sont disponibles dans la partie « espace de travail ».

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Guide: Logique et Philosophie des sciences

COMITE NATIONAL FRANCAIS D’HISTOIRE ET DE PHILOSOPHIE DES SCIENCES

COFUSI, Académie des Sciences, 23 Quai de Conti, F-75006 Paris

Président : Claude Debru

Guide Logique et philosophie des sciences en France

Conçu par Claude Debru, Jean Gayon, Marcel Guillaume, Gerhard Heinzmann et Karine Chemla

Réalisation par Pierre Edouard Bour

Un congrès à lieu en Juillet 2011 à Nancy: http://www.clmps2011.org/index.php?id=6&L=2


Le XIIIe Congrès International de Logique, Méthodologie et Philosophie des Sciences s’est tenu à Pékin du 9 au 15 août 2007. Le Comité National Français d’Histoire et de Philosophie des Sciences (CNFHPS) a entrepris de faire connaître  à cette occasion la recherche réalisée en France en réalisant un guide aussi exhaustif que possible des chercheurs, des laboratoires, et des thèses soutenues relevant des disciplines du Congrès. Un tel guide avait déjà été réalisé en 2005, pour l’Histoire des Sciences et des Techniques, à l’occasion du XXIIe Congrès de la Division d’Histoire des Sciences et des Techniques, sous la direction de Karine Chemla, Claude Debru et Jean Gayon. Comme l’initiative précédente, ce nouveau guide a rencontré un vif succès. Une version papier en a été remise, à Pékin, à tous les participants du Congrès de la DLMPS. Il a par ailleurs été déposé au CNFHPS, et transmis aux Ministères impliqués (Recherche et Enseignement supérieur, et Affaires Etrangères, ainsi qu’au CNRS). Elle est disponible au téléchargment (au format pdf) sur le site du CNFHPS

Pour autant, comme la présente version électronique en atteste, ce guide sur la recherche en logique et philosophie des sciences en France n’est pas strictement circonstanciel, et notre démarche doit donc être pérennisée. Au-delà donc de l’occasion que constituait le Congrès de la DLMPS, il s’agit d’aider à la visibilité internationale de la recherche française, de sa vitalité et de sa variété dans ces domaines sur le long terme. C’est pourquoi ce site est développé sous une forme bilingue. Outil de promotion et de valorisation, ce guide vise également à être un moyen de communication et de diffusion, en aidant notamment les doctorants ou futurs doctorants en logique et philosophie des sciences à prendre plus facilement des contacts pertinents et ainsi, à s’insérer au mieux dans la communauté de la recherche.

L’enquête qui a donné lieu à la constitution de ce guide a été engagée en 2006, et a dans un premier temps porté sur les chercheurs individuels. Un nombre assez conséquent d’entre eux ont rempli le formulaire en ligne jusqu’à présent. La seconde phase de l’entreprise, portant sur les équipes de recherche en France, a été lancée en 2007. Les deux questionnaires sont accessibles à partir du menu de gauche : nous invitons les chercheurs et les directeurs d’équipes qui ne l’auraient pas encore fait à renseigner ces questionnaires, afin que ce guide soit aussi exhaustif que possible. Parallèlement à ces deux formulaires, un autre questionnaire est disponible, concernant les thèses (soutenues depuis 1998 ou en cours). Là encore, nous ne pouvons que recommander aux jeunes chercheurs de s’inscrire, ou de compléter les données existantes les concernant. Il va de soi qu’un tel guide, conçu de manière évolutive, ne peut exister et se développer qu’au travers d’une participation active des divers acteurs de la recherche qu’il vise à présenter.

Des mises à jour régulières seront effectuées. Le guide est pour l’instant présenté sous forme de site statique, mais un site dynamique devrait voir le jour très prochainement, pour en faciliter la consultation et l’alimentation. Toutes les suggestions concernant sa forme, les modalités de présentation de son contenu, les rubriques, etc., sont à envoyer directement à Pierre Edouard Bour (page contact).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

AaC: Autour du travail d’A. Abbott

Enquêtes, théories et parcours sociologiques

d’Andrew ABBOTT

Colloque international

25-26 mai 2011, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines


Appel à contributions

Andrew Abbott, sociologue américain de renommée internationale, a produit une œuvre d’une ampleur rare dans l’histoire récente de la sociologie. La progression de cette œuvre s’est effectuée sur plusieurs versants, avec des contributions majeures dans le domaine de la sociologie historique, au sujet des professions ou des sciences sociales américaines, mais aussi sur le versant des méthodes d’enquête (qualitatives et quantitatives) et dans les termes d’une approche « processuelle » des faits sociaux.

En France les différents aspects de cette production foisonnante et ambitieuse sont inégalement connus. Aucun de ses livres, pourtant considérés comme des références de la sociologie américaine contemporaine, n’a été traduit dans notre langue, et seuls quelques uns de ses articles et chapitres d’ouvrages sont disponibles en français. Ce constat est à l’origine du  colloque, qui vise à impulser un élargissement et un approfondissement du dialogue entre les sociologues français et Andrew Abbott, qui sera présent. S’il est surtout connu pour ses travaux de sociologie des professions, le but est notamment de prendre la mesure de la diversité des thématiques, approches, concepts et modèles qu’il a articulés au fil de son parcours.

Le colloque réunira des sociologues partageant un intérêt pour les recherches menées par Andrew Abbott, et souhaitant discuter l’un de ses aspects. Les communications devront permettre d’approfondir la discussion sur des concepts centraux dans ses travaux, ou favoriser la compréhension de son héritage et des singularités de sa sociologie. Les organisateurs cherchent tout particulièrement à susciter des contributions s’éloignant des aspects les plus connus de ses travaux, et ce à partir d’enquêtes et d’espaces disciplinaires variés.

L’un des objectifs du colloque est de favoriser le croisement des points de vue, et de ce fait il alternera conférences, tables rondes, et autres formules pour le débat scientifique.

Les propositions de contribution doivent être envoyées par courrier électronique aux organisateurs du colloque. Elles indiqueront, outre les coordonnées professionnelles de l’auteur, l’aspect (ou les) aspect(s) de l’œuvre d’Andrew Abbott visé(s), la posture adoptée, ainsi que les principales ressources théoriques et empiriques mobilisées pour la discussion (2000 signes environ, espaces compris).

Calendrier :

10 mars 2011 : date limite d’envoi des propositions

15 mars 2011 : réponse des organisateurs aux contributeurs

1er avril 2011 : diffusion du programme définitif

Organisateurs :

Didier Demazière (CNRS, CSO) : didier.demaziere@sciences-po.fr

Morgan Jouvenet (CNRS, Printemps) : morgan.jouvenet@uvsq.fr

Colloque organisé avec le soutien de l’InSHS du CNRS, de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, du laboratoire Printemps (UMR 8085) et du Centre de Sociologie des Organisations (UMR 7116).

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Séminaire 25 janvier: le raisonnement contrefactuel

De 10h à 12h30, Salle de réunion du bâtiment F, Site Jourdan (48, Bd Jourdan, à gauche une fois sorti du bâtiment principal par le fond).

La séance sera consacrée à la présentation critique du contrefactualisme en histoire. Le raisonnement contrefactuel en histoire consiste à supprimer en pensée un événement ou une réalité historique et à s’interroger sur les conséquences de cette suppression – cela, entre autres, afin d’évaluer l’impact causal des éléments supprimés. Cette démarche a fait l’objet d’appréciations diverses chez les historiens, certains affirmant qu’elle sous-tend implicitement toute explication historique, d’autres n’y voyant qu’un exercice vain et périlleux. La séance visera à étudier les différentes formes que ce raisonnement a prises et à mettre en évidence leurs apports, leurs fonctions et leurs limites.

Les textes sont disponibles sur la partie « espace de travail »

A mardi!

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Atelier de lecture d’épistémologie des SHS au CURAPP-ESS (Amiens)

La première séance du séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des SHS organisé par l’axe 2 (« Savoirs ») du CURAPP-ESS (UMR 6054 : CNRS/UPJV) aura lieu le mardi 18 janvier 2011, de 16H30 à 19H00 au Pôle Cathédrale de l’Université de Picardie (salle 313)

Coordonné par L. Perreau et B. Ambroise, l’atelier est entièrement consacré cette année au travail de J.-Cl. Passeron. Il s’attachera à retracer l’ensemble du parcours scientifique de Passeron à travers un examen minutieux de ses textes, depuis les premiers travaux co-écrits avec P. Bourdieu jusqu’aux travaux plus récents où l’auteur défend la spécificité de la connaissance des sciences sociales en s’appuyant sur la lecture de M. Weber. L’ambition du séminaire est ainsi de comprendre ce que peut être une connaissance sociologique, dans sa spécificité et sa rigueur, sans vouloir la lui imposer depuis un point de vue extérieur, que seul le philosophe serait à même de garantir. Il ne s’agit ainsi pas de légiférer sur la sociologie (et les autres sciences sociales), mais bien d’établir un dialogue constructif avec les praticiens des sciences sociales afin d’explorer sa teneur cognitive (et, le cas échéant, d’en apprendre à la philosophie). Ce séminaire est ainsi ouvert à tous les philosophes et praticiens des sciences sociales soucieux de dialoguer en revenant sur les principes épistémologiques et méthodologiques de leurs disciplines.

La première séance sera entièrement consacrée à un retour opéré sur le premier ouvrage à teneur épistémologique auquel J.-Cl. Passeron a collaboré. Il s’agit du Métier de sociologue, fruit de la co-écriture de Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et J.-Cl. Passeron, qui est devenu un classique des sciences sociales. Au moment de sa rédaction, en 1968, il a fait la démonstration éclatante de l’utilité et de la pertinence d’une réflexion rigoureuse sur les pratiques et les techniques de la sociologie, à une époque où l’épistémologie de cette discipline était peu développée. Dans le sillage de Bachelard, Canguilhem et Koyré, c’est ainsi une épistémologie attentive aux exigences de la méthodologie du travail sociologique qui se déploie. Celle-ci plaide en faveur d’une logique de l’invention qui lie effectivement théorie et expérience et construit consciemment son objet de recherche en rupture avec les conceptions du sens commun.

Il s’agira en premier lieu pour nous de revenir sur les spécificités et les difficultés de ce texte pour préciser son rôle et son importance dans le parcours épistémologique de J.-Cl. Passeron et dans son rapport à la réflexion ultérieure de P. Bourdieu.

Nous vous invitons chaleureusement à participer avec nous à cette réflexion !

Laurent Perreau, Bruno Ambroise

Contacts : bruno.ambroise@u-picardie.fr ; laurent.perreau@u-picardie.fr
Annonce des dates du séminaire sur le site du CURAPP-ESS : http://www.u-picardie.fr/labo/curapp/

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Journée « Epistémologie de l’histoire »

Samedi 8 janvier 2011

Ecole Normale Supérieure (Paris)  – Salle des Actes

« Leur histoire et la nôtre » (I) : le métier d’historien

Journée d’étude organisée par les départements d’Histoire et de Philosophie de l’ENS dans le cadre de la préparation à l’agrégation de philosophie.

Programme :

Matinée – Présidence : Jean-Claude Monod (Ecole Normale Supérieure, Archives Husserl)

9h30-10h15 : Gilles Pécout (Ecole Normale Supérieure, Ecole Pratique des Hautes Etudes)_ « Les périodisations des historiens ».

10h15– 11h00: Déborah Cohen (Université de Provence)  – « L’historien et l’archive: au risque de l’empirie ».

11h00– 11h15 : pause

11h15 – 12h00: Michèle Riot-Sarcey (Université Paris VIII) – « L’expérience du passé entre continuité et discontinuité historique ».

*   *   *

Après-midi – Présidence : Gilles Pécout (Ecole Normale Supérieure, Ecole Pratique des Hautes Etudes)
14h00-14h45 : Jacques Revel  (EHESS) – « Penser par série, penser par cas ».

14h45-15h30: David Schreiber (Ecole Normale Supérieure) – « Histoire et littérature: y a-t-il une poétique de l’histoire? »

15h30-15h45 : pause

15h45-16h30 : Antoine Lilti (Ecole Normale Supérieure) – « L’historien a-t-il des objets ?  Contextualisation, historicité, présentisme ».

Organisation et contact : Stéphanie Dupouy (Stephanie.dupouy [@] ens.fr) et Florian Nicodème (florian_nicodeme [@] yahoo.fr)

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts