AaC : Tracés, les êtres collectifs

La revue Tracés consacre son numéro 29 à l’action des êtres collectifs. Il s’agira de regrouper des contributions empiriques et épistémologiques issues de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales visant à étudier, à interroger et à expliciter les modes d’existence, d’apparition et d’action des êtres collectifs. Dans quelles situations les individus sont-ils amenés à en faire la rencontre ? Quels sont les dispositifs qui en assurent la consistance ? Quelles solutions les sciences sociales mobilisent-elles pour traiter de ces êtres collectifs ?

 

http://traces.hypotheses.org/1369

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Programme 2013 – 2014

Depuis 2008, l’atelier CoFSS associe des chercheurs en sciences sociales (histoire, sociologie, science politique etc.) et des philosophes des sciences qui souhaitent travailler en commun à une meilleure connaissance des présupposés engagés dans les modes de raisonnement et les pratiques d’enquête des sciences sociales. Le séminaire aura lieu cette année au second semestre, le jeudi de 10h à 12h30, au Centre Cavaillès de l’Ecole Normale Supérieure (29 rue d’Ulm). Pour être tenu au courant des informations du groupe, inscrivez-vous à la mailing-list en envoyant un email à eollion<a.t.>ens.fr.

13 mars : La causalité en sciences sociales

Présentation de Gabriel Abend, “Styles of Causal Thought: An Empirical Investigation”

Discutants : Isabelle Drouet (Paris 4), Etienne Ollion (ENS)

 

22 mai : Séance autour des travaux de Michel Dobry,

En présence de  Michel Dobry.

 

19 juin : L’événement, un objet pour les sciences sociales? (salle à préciser)

Responsables de la séance : Florence Hulak (Université Paris 8), Laurent Jeanpierre (Université Paris 8), Florian Nicodème (ENS)

Résumé : On qualifie usuellement d’”événement” ce qui arrive de façon singulière et inédite. Or les procédures d’explications utilisées en sciences sociales supposent de comparer des cas qualifiés de semblables. Comment les sciences sociales peuvent-elles donc rendre raison des événements ? Sont-elles véritablement en mesure de les expliquer, ou doivent-elles se contenter de les interpréter ? Cette séance examinera les difficultés propres au concept d’événement en sciences sociales et les voies qui ont pu être empruntées pour tenter de les résoudre.

 

Horaire et lieu des séances : 10h-12h30, Centre Cavaillès, 29 rue d’Ulm

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes

Parution de Gildas Salmon, Les structures de l’esprit. Lévi-Strauss et les mythes, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques théoriques », 2013, 314 p.

Qu’est-ce que comparer deux sociétés, deux institutions ou deux mythes ? C’est à partir de cette question qu’on peut comprendre l’œuvre de Lévi-Strauss.

Au lieu de répertorier les ressemblances entre les cultures, il choisit de faire de leurs différences le moteur de la comparaison. Ce geste, qui trouve son point d’aboutissement dans les Mythologiques, est indissociable d’une thèse sur la production des phénomènes culturels : chaque société forge ses mythes et ses rites en traduisant et en déformant ceux de ses voisines. Comparer ne se réduit donc pas à classer les faits sociaux, mais devient un moyen de saisir le fonctionnement de l’esprit humain aux points de contact entre les cultures, d’éclairer les opérations mentales par lesquelles elles construisent leurs différences.

C’est dans l’étude des mythes que ce redéploiement du savoir anthropologique s’est opéré. Afin d’en éclairer les enjeux, ce livre retrace une histoire conceptuelle qui passe par Tylor, Granet, Dumézil, mais aussi Freud, Saussure et Jakobson. Il conduit à une réinterprétation de la notion de structure : loin de figer la vie sociale dans des modèles immuables – comme on le lui a souvent reproché –, elle est une manière de décrire les dynamiques de transformation qui amènent chaque culture à affirmer une identité distinctive.

L’auteur :

Agrégé et docteur en philosophie, Gildas Salmon est chercheur au CNRS (LIER – Institut Marcel Mauss). Ses recherches portent sur l’histoire et l’épistémologie des sciences sociales (en particulier l’anthropologie), et sur la philosophie de l’esprit. Il travaille actuellement à une histoire du comparatisme aux XIXe et XXe siècles.

Table des matières :

Introduction

Première partie : La fin de la mythologie

Chapitre 1 : De la mythologie comparée à l’analyse transformationnelle

Chapitre 2 : Critique de la critique philologique

Chapitre 3 : Structure et diffusion

Deuxième partie : déplacement, condensation, transformation

Chapitre 4 : Travail du rêve et travail du mythe

Chapitre 5 : La re-production des mythes

Chapitre 6 : Les conditions d’une science de l’intertextualité

Troisième partie : Une théorie sémiologique de l’esprit

Chapitre 7 : Les incongruités de la pensée symbolique

Chapitre 8 : Anthropologie structurale et anthropologie cognitive, le problème du savoir symbolique

Conclusion

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Séminaire INED/SFS le 25 juin sur la causalité en SHS

La causalité en sciences humaines et sociales : expliquer, modéliser, mesurer ?

Lundi 25 juin 2012 de 9h à 17h30

Ce colloque est organisé conjointement par le Service des enquêtes et des sondages, le Service des méthodes statistiques de l’Ined et la Société Française de Statistique et se tiendra à Institut Henri Poincaré (amphithéâtre Hermite) 11 rue Pierre et Marie Curie • Paris 5e (RER Luxembourg)

Matin

  • Bruno Falissard (faculté de médecine Paris-Sud, Inserm U669) : A propos du flou conceptuel qui entoure la notion de causalité dans le monde de la recherche biomédicale
  • Arnaud Bringé (Ined) et Stéphane Legleye (Ined) : Présentation du jeu de données simulé reproduisant un cas classique d’enquête observationnelle et présentation de la mesure de l’effet causal par une méthode classique, qui sera comparé à une autre méthode d’estimation
  • Antoine Chambaz (MAP5, Université Paris-Descartes) : Méthode d’estimation par le maximum de vraisemblance ciblé (TMLE: targeted maximum likelihood estimation) et mesure de l’effet causal sur le jeu de données simulées et Questions sur le TMLE
  • Federica Russo ( Center Leo Apostel, Vrije Universiteit Brussel, Centre for Reasoning University of Kent) : Qu’est-ce qu’un modèle? Réflexions philosophiques à partir de l’analyse causale en sciences sociales

Après-midi

  • Isabelle Drouet (Université Paris-Sorbonne et Logiques de l’agir, Université de Franche-Comté) et Jean-Mathias Fleury (Collège de France) : Panorama des approches dominantes contemporaines de la causalité et réflexion sur la notion de normativité
  • Maximilian Kistler (Université Paris 1 et IHPST) : La notion d’intervention
  • Daniel Courgeau (Directeur de recherche émérite Ined) : Peut-on parler de causalité en sciences sociales ? Les approches contrefactuelle et mécaniste

Accès libre sur inscription à l’adresse : http://www.ined.fr/fr/rendez_vous/rencontres_statistique_appliquee/
Pour tout autre renseignement contacter Bénédicte Garnier (benedicte.garnier@ined.fr)

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Séance du 8 juin : Jacques Revel invité à l’atelier CoFSS

La séance aura exceptionnellement lieu le vendredi 8 juin, de 10h à 12h30, en salle Celan de l’Ecole normale supérieure (45 rue d’Ulm 75005 Paris).

Les textes liés à la séance peuvent être trouvés dans l’espace de travail.

Jacques Revel est historien et directeur d’études à l’EHESS. Il a édité la revue des Annales de 1975 à 1980, et appartient depuis au collectif qui l’anime. Spécialiste de l’histoire sociale et culturelle européenne à l’époque moderne, il s’est orienté depuis la fin des années 1970 (et plus nettement encore depuis les années 1990) vers la réflexion historiographique et épistémologique. Ce choix personnel correspond à un moment historiographique. Le développement de la réflexion sur l’histoire est alors impulsé par la mise en cause du paradigme unifié qui avait dominé l’école des Annales des années 1950 aux années 1970 : celui d’une histoire socio-économique de longue durée, dans lequel la culture n’apparaissait que comme un épiphénomène et les individus comme des membres de classes socio-professionnelles.

Jacques Revel regroupe dans l’introduction de son principal recueil d’articles [Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Galaade Editions, 2006] ses réflexions épistémologiques autour de trois thèmes, liés les uns aux autres, qui sont aussi trois aspects de la critique de l’histoire socio-économique de la génération précédente des Annales. Chacun de ces trois thèmes peut être lu comme une réflexion sur un « inobservable ».

1.    Les ensembles sociaux. Comment s’effectue le repérage des ensembles sociaux (groupes, classes..), et à partir de quels critères (économiques, sociaux culturels..) ? Jacques Revel critique l’histoire socio-économique qui situe les individus dans des catégories données d’avances (socio-professionnelles) sans s’intéresser aux usages sociaux des identités.

2.    La « culture » en histoire. Il rejette la perspective psychologique des historiens des Annales de la génération précédente. Il montre qu’il ne faut pas  concevoir les individus comme les porteurs de représentations ou d’une mentalité propres à leur groupe, mais bien plutôt s’intéresser aux usages sociaux des catégories culturelles et aux appropriations individuelles des objets culturels.

3.    Le changement historique. Il s’agit d’en rendre raison en évitant à la fois les écueils fonctionnalistes et individualistes. Il faut pouvoir rendre compte du niveau micro-historique des actions et interactions individuelles et l’articuler au niveau macro-historique où apparaissent les changements sociaux.

4.    A ces trois thèmes, on peut ajouter le travail méthodologique et épistémologique qu’il conduit au sujet de la notion de singularité en histoire et, plus généralement, dans toutes les sciences humaines. Il questionne alors l’unité et la cohérence d’une pensée par cas qui caractériserait ces dernières, à travers les pratiques et les méthodes qui cherchent à rendre une singularité intelligible, ni par sa seule description, ni par sa réduction à un concept universel, mais au moyen de la description d’une autre singularité.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

F. Hulak, Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Florence Hulak intitulé Sociétés et mentalités. La science historique de Marc Bloch, paru chez Hermann, coll. Philosophie.

Célébré comme l’un des plus grands historiens du vingtième siècle, Marc Bloch n’a guère été lu par les philosophes. Son œuvre est pourtant porteuse d’une vision inédite de l’histoire, aujourd’hui encore éclairante pour la philosophie comme pour les sciences humaines. Dans le sillage de la sociologie durkheimienne, Bloch fonde la science historique sur l’observation directe et la comparaison, plutôt que sur l’interprétation d’un passé inaccessible. Le principe de synthèse de la connaissance historique est chez lui proprement social, et non psychologique ou géographique, comme chez l’autre fondateur des « Annales », Lucien Febvre. Mais si, des « Rois Thaumaturges » à « La Société Féodale », Bloch assume l’ambition proprement explicative des sciences sociales, il reconnaît que la matière historique ne se laisse pas complètement ordonner. L’histoire blochienne s’attache à ce qui résiste à la compréhension synthétique du passé, aux décalages temporels et idéologiques qui révèlent les limites de toute structuration symbolique. Elle déjoue par là l’opposition stérile entre structures et historicité. Elle peut ainsi concevoir le rôle politique de l’historien comme l’introduction d’écarts au sein des récits mémoriels, qui permettent d’en subvertir le sens.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Colloque : Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme

Sous la responsabilité d’Emmanuel BAROT, Jérôme LAMY, Simone MAZAURIC, Arnaud SAINT-MARTIN et Guillaume SIBERTIN-BLANC.

Vendredi 11 mai et samedi 12 mai (9h-18h)

Salle des Médailles, Lycée Henri IV, 23 rue Clovis 75005 Paris

Colloque international organisé avec le séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre » (CHSPM, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), et avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri.

L’objet du colloque est d’explorer l’idée d’histoire sociale des sciences et des techniques née au cours des années 1930 dans le giron marxiste, autant dans ses assises épistémologiques et ses visées inaugurales que dans ses devenirs pluriels et ses actualités.

L’enjeu est d’examiner comment le faire science repose sur, et se traduit par, un régime d’historicité dont l’appréhension requiert d’articuler la totalité des paramètres (formels, conceptuels, idéologiques, technologiques, anthropologiques, institutionnels, économico-sociaux, etc.) qui interviennent dans les procès de production des objectivités. Un fil rouge majeur de cette enquête sera livré par Marx et les traditions marxistes, puisque celui-ci fut parmi les premiers à examiner systématiquement les voies par lesquelles l’incorporation des connaissances scientifiques, de l’industrie à l’agriculture, à la production capitaliste via l’ingénierie et la technologie, contribue à façonner l’objectivité scientifique, et par là à marquer les ordres symboliques, à modeler les paysages sociaux et culturels autant qu’à bouleverser en permanence l’économie des rapports des classes et des forces sociales. À l’heure de « l’immatériel », des nanobiotechnologies et des ordinateurs quantiques, mais aussi du benchmarking et du h-index comme emblèmes d’innovantes formes de « l’incorporation de la science au capital », ce seront ainsi des analyses empiriques variées et des articulations conceptuelles renouvelées que le colloque s’efforcera d’offrir. In fine la volonté sera d’extraire autant que possible les divers enjeux soulevés d’une insularité critique qui serait, si elle devait durer, des plus dommageables. Le colloque questionnera donc les enjeux et les actualités de cette histoire sociale des sciences avec l’ambition de faire date sur le sujet, en articulant deux axes : il s’attachera d’abord à sa genèse, sa réception immédiate et ses postérités successives, c’est-à-dire à son (éventuelle) identité disciplinaire, pour ensuite en éprouver la validité à l’occasion d’une étude élargie des reconfigurations subies aujourd’hui par les diverses formes de l’activité scientifique sous les pressions du capitalisme néolibéral.

Intervenants :

Emmanuel Barot (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), Christian Gilain (émérite, UPMC), Isabelle Gouarné (post-doctorante à l’EHESS), Simon Gouz (ATER Lyon 1), Jérôme Lamy (post-doctorant au LISST-CAS, Université Toulouse II-Le Mirail), Simone Mazauric (émérite, Université de Nancy 2), Dominique Pestre (EHESS), Arnaud Saint-Martin (CNRS, PRINTEMPS, Université Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), Simon Schaeffer (Cambridge), Guillaume Sibertin-Blanc (maître de conférences à l’Université Toulouse II-Le Mirail, CIPh), André Tosel (émérite, Université de Nice).

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Une étude sur l’écriture sociologique

Jean-Yves Trépos, L’écriture de la sociologie. Essai d’une épistémologie du style en sciences sociales, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 2012, 325p.
En sciences sociales, l’écriture est rarement un sujet de préoccupation à l’égal de la théorie, de la méthodologie ou de l’enquête de terrain. Ce livre s’attache au contraire à montrer, à partir du cas de la sociologie et de dépouillements pour partie aléatoires et pour partie systématiques de corpus de revues (The Sociological Review, The British Journal of Sociology, Science as Culture, Sociologie du travail, Revue française de sociologie, Actes de la recherche en sciences sociales), qu’il s’agit d’une dimension essentielle de la production de savoirs sur les sociétés. Le livre fait le constat des contraintes académiques, d’écoles de pensée, de cultures nationales qui pèsent sur l’écriture et essaie de dégager les bases d’une étude des singularités de style en sociologie.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales à Amiens

Séminaire d’épistémologie des sciences sociales 2011-2012

États de la controverse Bourdieu/Boltanski

Organisé par Bruno AMBROISE (CNRS) et Laurent PERREAU (Université de Picardie Jules Verne)

 Le séminaire a lieu au second semestre un vendredi par mois, Salle 313, au Pôle Cathédrale, 10 placette Lafleur, 80000 Amiens

 Dans le cadre du projet émergent « Epistémologie de la critique en sciences sociales », financé par la MESHS de Lille, l’axe 2 du CURAPP-ESS renouvelle cette année son séminaire/atelier de lecture d’épistémologie des sciences sociales, qui sera consacré aux états de la controverse Bourdieu/Boltanski. Il s’agira de retracer, thématiquement et chronologiquement, la rupture (et l’éventuel retour ?) qui s’est établie entre les travaux de Bourdieu et ceux de Boltanski et d’étudier en quoi elle traduit une rupture épistémologique, indexée notamment sur le statut de la critique, le rapport à la vérité et le sens de l’action.

La première séance sera consacrée à une présentation des deux figures, basée sur la lecture et l’étude des textes suivants : L. Boltanski & P. Bourdieu, « La production de l’idéologie dominante » (ARSS, 1976), et L. Boltanski, Rendre la réalité inacceptable (Démopolis, 2008). Les séances suivantes aborderont en particulier, de L. Boltanki et L. Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur (Gallimard, 1991), puis à nouveau Rendre la réalité inacceptable et De la critique (Gallimard, 2010).

 Calendrier : – vendredi 20 janvier 2012 de 13h30 à 15h30

              – vendredi 17 février 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 30 mars 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 13 avril 2012 de 10h30 à 12h30

              – vendredi 11 mai 2012 de 10h30 à 12h30

Ces séances sont ouvertes à tous.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Reprise de l’atelier COFSS mardi 28 octobre

L’atelier COFSS reprend ses travaux en explorant cette année le thème des « inobservables » en sciences sociales.

La première séance a lieu mardi 28 octobre de 10h à 12h30, sur le campus Jourdan (47 Bd Jourdan 75014 Paris), en salle de réunion du bâtiment B.

Nous présenterons la thématique de l’année et finaliserons le programme des séances de 2012 (celle du mercredi 23 novembre, organisée par Jean-Mathias Fleury et Romain Pudal, portera sur la notion de disposition).

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Lecture – Cyril Lemieux, Le devoir et la grâce (par O. Roueff)

Un compte rendu de l’essai d’épistémologie de Cyril Lemieux, Le devoir et la grâce, Paris, Economica, 2009, paru dans Politix, n°94 (septembre 2011).

Et des liens vers d’autres comptes rendus de cet ouvrage :

– Le débat entre Nicolas Mariot et Cyril Lemieux sur le site de la Vie des idées

Trois compte-rendus (Jean-Louis Fabiani, Christian Jouhaud et Louis Quéré) et une réponse de C. Lemieux, dans les Annales :

 

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

AaC: The Collective Dimension of Science (Nancy, Dec 2011)

!!!!!!! The deadline for submission of abstracts has been extended to June 10th !!!!!!!

 

Keynote speakers

  • John Greco (Saint Louis University)
  • Philip Kitcher (Columbia University)
  • Paul Thagard (University of Waterloo)
  • John Woods (University of British Columbia)
  • Jesus Zamora-Bonilla (UNED, Spain)

Program Committee

Anouk Barberousse (IHPST, University Paris 1), Alvin Goldman (Rutgers), Gerhard Heinzmann (Archives Poincaré, University Nancy 2), Cyrille Imbert (Archives Poincaré, University Nancy 2), Johannes Lenhard (University of Bielefeld), Olivier Roy (Ludwig-Maximilians-Universität München), Roger Pouivet (Archives Poincaré, University Nancy 2), Jan Sprenger (Tilburg University), John Woods (University of British Columbia).

Presentation of the conference

The goal of the conference is to discuss philosophical issues related to the collective aspects of science, especially within computational science and « big science ». While studies within social epistemology already investigate the social dimension of the production and validation of beliefs and knowledge, science is not their core object of study. This conference will be devoted to examining to what extent a too individualistic and resource-insensitive philosophical perspective about scientific practices and the making of scientific knowledge is insufficient and conversely to what extent a focus upon extended and/or social agents is needed. We wish to create fruitful interactions between researchers from different fields or subfields such as philosophy of science, (social) epistemology, epistemic logic, formal epistemology, philosophy of economics, philosophy of logic but also mathematics, computer science or cognitive science (especially  distributed cognition).

Though this conference mainly addresses philosophical questions, submissions in history or sociology of science that are clearly connected with some of the research questions will also be considered.

The conference language is English.

A few travel grants will be available for students presenting a paper at the conference. To apply for a travel grant, please send an email to Cyrille.Imbert@univ-nancy2.fr after submitting your abstract and include a CV with description of status and affiliation.

Organizers

  • Anouk Barberousse (IHPST, University Paris 1)
  • Cyrille Imbert (Archives Poincaré, University Nancy 2)

Information about submissions

We invite submissions of extended abstracts. Submissions should take the form of an extended abstract of 1000 words. All submissions must be made electronically through our automatic submission system (see the submission page) by May 30, 2011 at the latest. Papers should be suitable for a presentation of around 30 minutes with a 15 minute question-and-answer session. Decisions will be made by June 30, 2011 and authors notified by the beginning of July. All enquiries about the call for papers should be addressed to Cyrille.Imbert@univ-nancy2.fr.

Questions of interest include, but are not limited to:

– Similarities and differences (definitional, epistemological, etc.) between individual and collective or computer-based scientific knowledge
– Description and analysis of collective and/or computational scientific agents and their capacities
– Role and epistemology of various types of computer (personal computers, giant computers, parallel computers, etc.)
– How is collective scientific work achieved in practice?
– Scientific understanding within collective and computational science
– Role and modalities of scientific communication within collective and computational science
– Transmission and diffusion of scientific results: role of images, formats, summaries, versions of results, etc.
– The epistemology of scientific storage: (open) encyclopedias, public databases, scientific archives, etc.
– Division and distribution of scientific work, modularity of tasks and scientific optimality
– Empiricism, conventionalism and pragmatism at the age of collective and computational science
– Individual and collective scientific rationality
– Tacit knowledge within scientific interactions and practices
– Traditional questions within social epistemology (e.g. expertise, testimony, judgment aggregation, organization of knowledge communities, etc.) applied to science
– Comparative approaches between formal and empirical sciences about the listed topics
– Epistemological issues within “big science” e.g. climate science, explorative biological research programs (HGP, barcoding of life), collective science in high-energy physics, etc.

Dates and Deadlines

– May 30 2011: Abstract submission deadline
– June 30 2011: Notification of acceptance
– November 1 2011: Registration deadline
– December 8-10 2011: Conference

Financial support for the conference is provided by the MSH Lorraine, the Archives Poincaré and the IHPST.

 

 

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Appel à communications – New Trends in the Philosophy of the Social Sciences II

NEW TRENDS IN THE PHILOSOPHY OF THE SOCIAL SCIENCES II

UNED. Dpto. de Logica, Historia y Filosofia de la ciencia
Madrid, September 28-29 2011

Confirmed invited speakers:

Marcel Boumans (Universiteit van Amsterdam)
Gregor Betz (Freie Universität, Berlin)
Laurence Kaufmann (Université de Lausanne)
Eleonora Montuschi (London School of Economics and Università Ca’Foscari, Venice)
Julian Reiss (Erasmus Universiteit Rotterdam)

Contributed papers on any topic in the philosophy of the social sciences are welcome. Please, send an abstract of about 1000 words, before June 25th to Jesús Zamora-Bonilla, jpzb@fsof.uned.es

http://www.uned.es/dpto_log/pssworkshop2011.html

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Appel à communications – Causality and Explanation in the Sciences

CALL FOR ABSTRACTS:

CaEitS2011: CAUSALITY AND EXPLANATION IN THE SCIENCES

www.caeits2011.ugent.be

19-21 September

Faculty of Arts and Philosophy, Ghent University

Blandijnberg 2, Ghent, Belgium

This is the sixth conference in the Causality in the Sciences series
of conferences.

KEYNOTE SPEAKERS

Henk de Regt, Daniel Little, Michael Strevens, Mauricio Suarez and
James Woodward.

INTRODUCTION

Causality and causal inference play a central role in the sciences.
Explanation is one of the central goals of scientific research. And
scientific explanation requires causal knowledge. At least, these are
well-known tenets in present-day philosophy of science.

In this conference, we aim to bring philosophers and scientists
together to discuss the relation between causality and explanation.

Even though the view that explanation requires causal knowledge is
widespread, some accounts of explanation present themselves as a-
causal or even as non-causal. Kitcher’s unificationism had it that
causal relations are epistemically dependent on explanatory relations,
not vice versa. In the mechanistic framework, interlevel explanation
is said to be constitutive, not causal. Other accounts of explanation
are primarily functional. What is the precise relation between causal
and a- or non-causal accounts of explanation?

Relatedly, one of the close relatives of explanation is understanding.
But what is the precise relation between explanation and
understanding? And what is the role of causation herein?

But wait a minute. There is no consensus as to what causation is.
Probabilistic, mechanistic, interventionist, and other accounts are
available on the market and it is still an interesting and open
question how precisely they relate to each other and how this bears
upon the problem of scientific explanation.

Are causality and explanation the same across scientific disciplines?
Is causality in physics the same as in psychology? Is causal discovery
in biology the same as in economics? And is explanation in geology the
same as in chemistry? Mathematics seems to be devoid of causation.
Does that mean that it is also devoid of explanation? And is there a
place for causation in technological explanation?

Our explanatory practices are partly determined by pragmatic
considerations. What precisely do we want to explain, and what do we
want to use our explanatory knowledge for? Do these pragmatic
considerations influence our search for causal relations? Do they play
a role, either implicitly or explicitly, in our algorithms for
automated causal discovery (such as algorithms based on causal Bayes
nets)?

We welcome contributions addressing these and other questions.

EXAMPLE QUESTIONS

How is causality related to explanation? Is all explanation causal?

Which accounts of causality best fit which accounts of explanation?

Do different sciences demand different notions of causality and
explanation?

Which case studies shed most light on the uses of causality and
explanation in the sciences?

TIMETABLE

15 May: deadline for submission of titles and abstracts of papers for
presentation

* 500 words
* To be emailed to CaEitS2011@UGent.be
* Please write « ABSTRACT SUBMISSION » in the Subject header of your
mail
* A notification of receipt will be sent shortly after 15th May
* All abstracts will be carefully refereed

15 June: notification of acceptance of papers for presentation.

1 July: deadline for registration to attend the conference

* Instructions for registration will be listed on www.caeits2011.ugent.be
in due course
* Please also send an email to CaEitS2011@UGent.be to say that you
will be attending
(with « REGISTRATION » in its Subject header)

19-21 September: conference

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Les parcours sociologiques d’A. Abbott

Colloque autour des travaux d’Andrew Abbott.

Université Versaille Saint-Quentin, 25 et 26 mai 2011.

Si Andrew Abbott est surtout connu pour ses travaux de sociologie des professions, le but est notamment de prendre la mesure de la diversité des thématiques, approches, concepts et modèles qu’il a articulés au fil de son parcours. En France les différents aspects de cette production foisonnante et ambitieuse sont inégalement connus. Aucun de ses livres, pourtant considérés comme des références de la sociologie américaine contemporaine, n’a été traduit dans notre langue, et seuls quelques-uns de ses articles et chapitres d’ouvrages sont disponibles en français.

Le colloque réunira des sociologues partageant un intérêt pour les recherches menées par Andrew Abbott, et souhaitant discuter l’un de ses aspects. Les communications devront permettre d’approfondir la discussion sur des concepts centraux dans ses travaux, ou favoriser la compréhension de son héritage et des singularités de sa sociologie. Les organisateurs cherchent tout particulièrement à susciter des contributions s’éloignant des aspects les plus connus de ses travaux, et ce à partir d’enquêtes et d’espaces disciplinaires variés.

L’un des objectifs du colloque est de favoriser le croisement des points de vue, et de ce fait il alternera conférences, tables rondes, et autres formules pour le débat scientifique.

Le programme du colloque est disponible ici.

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts