Séance du 8 juin : Jacques Revel invité à l’atelier CoFSS

La séance aura exceptionnellement lieu le vendredi 8 juin, de 10h à 12h30, en salle Celan de l’Ecole normale supérieure (45 rue d’Ulm 75005 Paris).

Les textes liés à la séance peuvent être trouvés dans l’espace de travail.

Jacques Revel est historien et directeur d’études à l’EHESS. Il a édité la revue des Annales de 1975 à 1980, et appartient depuis au collectif qui l’anime. Spécialiste de l’histoire sociale et culturelle européenne à l’époque moderne, il s’est orienté depuis la fin des années 1970 (et plus nettement encore depuis les années 1990) vers la réflexion historiographique et épistémologique. Ce choix personnel correspond à un moment historiographique. Le développement de la réflexion sur l’histoire est alors impulsé par la mise en cause du paradigme unifié qui avait dominé l’école des Annales des années 1950 aux années 1970 : celui d’une histoire socio-économique de longue durée, dans lequel la culture n’apparaissait que comme un épiphénomène et les individus comme des membres de classes socio-professionnelles.

Jacques Revel regroupe dans l’introduction de son principal recueil d’articles [Un parcours critique. Douze exercices d’histoire sociale, Galaade Editions, 2006] ses réflexions épistémologiques autour de trois thèmes, liés les uns aux autres, qui sont aussi trois aspects de la critique de l’histoire socio-économique de la génération précédente des Annales. Chacun de ces trois thèmes peut être lu comme une réflexion sur un « inobservable ».

1.    Les ensembles sociaux. Comment s’effectue le repérage des ensembles sociaux (groupes, classes..), et à partir de quels critères (économiques, sociaux culturels..) ? Jacques Revel critique l’histoire socio-économique qui situe les individus dans des catégories données d’avances (socio-professionnelles) sans s’intéresser aux usages sociaux des identités.

2.    La « culture » en histoire. Il rejette la perspective psychologique des historiens des Annales de la génération précédente. Il montre qu’il ne faut pas  concevoir les individus comme les porteurs de représentations ou d’une mentalité propres à leur groupe, mais bien plutôt s’intéresser aux usages sociaux des catégories culturelles et aux appropriations individuelles des objets culturels.

3.    Le changement historique. Il s’agit d’en rendre raison en évitant à la fois les écueils fonctionnalistes et individualistes. Il faut pouvoir rendre compte du niveau micro-historique des actions et interactions individuelles et l’articuler au niveau macro-historique où apparaissent les changements sociaux.

4.    A ces trois thèmes, on peut ajouter le travail méthodologique et épistémologique qu’il conduit au sujet de la notion de singularité en histoire et, plus généralement, dans toutes les sciences humaines. Il questionne alors l’unité et la cohérence d’une pensée par cas qui caractériserait ces dernières, à travers les pratiques et les méthodes qui cherchent à rendre une singularité intelligible, ni par sa seule description, ni par sa réduction à un concept universel, mais au moyen de la description d’une autre singularité.


CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS

More Posts

Publié par

CoFSS

Equipe d'organisation de l'atelier CoFSS