CoFSS: programmation 2011-2012

Thème de la deuxième année de l’atelier : Les inobservables en sciences sociales

 

La deuxième année de l’atelier CoFSS (Comment fait-on des sciences sociales ?) sera consacrée aux inobservables en sciences sociales. Tout comme les sciences de la nature, les sciences sociales mobilisent en effet couramment dans leurs raisonnements des entités qui ne tombent pas directement sous les sens : « intentions », « préférences », « intérêts », « dispositions », « champs », « structures », « chômage structurel », « conscience de classe », « anticipations », etc. De même que les « électrons » ou les « forces » qu’étudient les sciences de la nature, de nombreuses entités mobilisées par le sociologue, l’économiste ou l’historien ne se donnent jamais à voir directement, mais seulement à partir de leurs traces, de leurs instanciations particulières ou encore des effets qu’on leur impute. Ces entités sont d’autant plus fréquentes en sciences sociales qu’elles résultent non seulement du travail théorique, mais encore de la dimension symbolique des objets d’étude.

Le recours aux inobservables en sciences sociales n’a pas suscité chez les philosophes des sciences un intérêt analogue à celui qu’ils ont manifesté à propos des sciences de la nature, notamment dans le cadre des débats entre réalistes et anti-réalistes. Ce recours n’en soulève pas moins de nombreuses questions. Quelles entités enrôle-t-on dans les descriptions et les explications des phénomènes sociaux sans pouvoir les observer directement ? Pourquoi le fait-on ? Et comment le fait-on ? Les inobservables dont parlent les sciences sociales constituent-ils des entités réelles ou des « fictions commodes » que justifient les seules fins du raisonnement ? Quelle fonction leur revient dans le raisonnement sociologique, historique ou économique ? Au moyen de quelles techniques les sciences sociales parlent-elles de leurs inobservables et comment les justifient-elles? En essayant de se tenir au plus près du travail concret mis en œuvre par les praticiens de ces disciplines, les différentes séances de l’atelier viseront à croiser questionnements ontologiques, épistémologiques et méthodologiques en se centrant sur des cas d’inobservables particuliers.

 

Mardi 18 octobre : Réunion de rentrée

Mercredi 23 Novembre : La notion de disposition en philosophie et en sciences sociales (JM Fleury, R. Pudal)

Mardi 24 janvier: Constructions et représentations mentales: les inobservables de la psychologie? (S. Dupouy, J. Sackur)

Mardi 21 février :  Les modèles de champ à l’épreuve des relations concrètes (L. Bernard, F. Godart, M. Hauchecorne, O. Roueff)

Mercredi 28 mars : La notion d’intérêt en sciences sociales (F. Briatte, M. Hauchecorne, A. Lentacker)

Mardi 29 mai : TBD


étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.

More Posts

Publié par

étienne

Chercheur CNRS (SAGE-Université de Strasbourg). Données numériques, sociologie politique, épistémologie des sciences sociales.