Bibliographie thématique « Objectivité »

Faits et valeurs

– Hans Henrik Bruun, « Objectivity, value spheres, and ‘inherent laws’: On some suggestive isomorphisms between Weber, Bourdieu and Luhmann », Philosophy of the Social Sciences 38 (1):97-120, 2008.

– Ernest Nagel, « The Value-Oriented Bias of Social Inquiry », in The Structure of Science : Problems in the Logic of Scientific Explanation, NY, Harcourt, Brace & World, 1961, pp. 485-502.

– Hilary Putnam, The Collapse of the Fact/Value Dichotomy and Other Essays, Cambridge, (E.U.), Harvard University Press, 2002.

– Willard van Orman Quine, « Deux dogmes de l’empirisme », Du point de vue logique : Neuf essais logico-philosophiques, Vrin, 2004.

– Mark Risjord, « Scientific change as a political action: Franz Boas and the anthropology of race », Philosophy of the Social Sciences 37 (1):24-45, 2007.

– Charles Taylor, « Interpretation and the Sciences of man », Review of Metaphysics, vol 25 (1971), pp. 3-51 ; reproduit dans Martin & McIntyre, pp. 181-211. (Une attaque radicale de l’objectivité des sciences sociales). Voir aussi, du même auteur : « Neutrality in political science », Philosophy, politics and society, 3rd series, ed. P. Laslett and W. G. Runciman, Oxford, Blackwell, 1967, pp. 25-57 ; reproduit dans Martin & McIntyre, pp. 547-70.

– Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in Essais sur la théorie de la science, trad. Freund, Plon, 1904/1965. Disponible en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/Weber/essais_theorie_science/essais_theorie_science.html

La notion de point de vue

– Ronald N. Giere, Scientific Perspectivism University of Chicago Press, Chicago, 2006. Voir son compte rendu détaillé : Thomas Brante, 2010, « Perspectival realism, representational models, and the social sciences » Philosophy of the social sciences, 40(1), 107-117.

– Jurgen Habermas, Knowledge and Human Interests. A General Perspective in ibid., Boston, Beacon Press, 1971 [1968].

– Donna Haraway,  « Situated Knowledges: the Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.

– Sandra Harding, Whose Science? Whose Knowledge? Thinking from Women’s Lives, Ithaca, Cornell University Press, 1991.

– Thomas Nagel, The view from nowhere, Oxford University Press, 1986, 256p.

– Dorothy Smith,  « Women’s perspective as a Radical Critique of Sociology », Social Inquiry, 1974, 44, pp. 7-13 ; « The Everyday World as Problematic : A Feminist Sociology », Boston, Northeastern University Press, 1987.

Connaissance ordinaire, connaissance scientifique

– Harold Garfinkel, « The Rational Properties of Scientific and Common Sense Activities », Behavioural Science, 5, 1960, pp. 72 – 83.

– Kenneth L. Pike, Language in Relation to a Unified Theory of Structure of Human Behavior, La Haye, Mouton, 1967. [Le texte de ce linguiste est le premier à introduire la distinction entre emics (catégories de pensée indigènes) et etics (catégories de pensée du savant).]

-Pharo P., Le sens de l’action et la compréhension d’autrui, Paris, L’Harmattan, 1993

-Quéré L., La sociologie à l’épreuve de l’herméneutique, Paris, L’Harmattan, 1999

– Alfred Schutz, Éléments de sociologie phénoménologique, Paris, L’Harmattan, 1998.

Constructivisme, réalisme, naturalisme, etc

– Roy Bhaskar, A Realist Theory of Science, Londres, Verso, 1997 [1975].

– Peter Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2006.

– Michel de Fornel, Cyril Lemieux (dir.), Naturalisme vs constructivisme, Paris, EHESS, coll. « Enquêtes » n°6, 2008.

– Ian Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La découverte, 2001.

– Ian Hacking, “Macking up people”, in Th. Heller, M. Sosna  & David E. Wellberry (eds.), Reconstructing individualism, Stanford UP, 1986.

-Hayek,F.-A., Scientisme et sciences sociales ,1952, trad. Paris, Plon 1953.

– John Searle, La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard, 1998.

– Dan Sperber, Explaining Culture: a Naturalistic Approach, Oxford, Blackwell, 1996.

Les effets d’interactions entre observateur et sujet observé

Quelques références anciennes ou classiques :

– Oskar Pfungst, Clever Hans (The Horse of Mr. Von Osten) : a contribution to experimental animal and Human Psychology, Henry Holt, 1911 (traduction de l’ouvrage en allemand paru en 1904).

– Elton Mayo, The human problems of an industrial civilisation, New York, MacMillan, 1933.

– Elton Mayo, Hawthorne and the Western Electric Company, The Social Problems of an Industrial Civilisation, New York, Routledge, 1949.

– Robert K. Merton, « Ch. IV : La prédiction créatrice », Eléments de méthode sociologique, Paris, Plon, 1953.

En psychologie sociale :

– Robert Rosenthal, Experimenter Effects in Behavioral Research, New York, Appleton-Century-Crofts, 1966.

– Robert Rosenthal & Ralph L. Rosnow, People studying people: Artifacts and ethics in behavioral research, New York, Freeman, 1997.

– Robert Rosenthal & Lenore Jacobson, Pygmalion à l’école, l’attente du maître et le développement intellectuel des élèves, Paris, Castermann, 1971.

– Gérard et Jean-Marie Lemaine, Psychologie sociale et expérimentation, Bordas, 1969. (Un recueil de textes commentés, très utile mais souvent technique).

– Michael Martin, « The philosophical Importance of the Rosenthal Effect », dans Martin M. et McIntyre L., Readings in the philosophy of social science, MIT press, 1994, pp. 585-96.

Concernant la méthode ethnographique :

– Georges Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Aubier, 1994 (1980).

– Olivier Schwartz, « L’empirisme irréductible », postface au livre de N. Anderson, Le Hobo : sociologie des sans-abri, L’Harmattan, 1993.

– Bronislaw Malinowski, « Introduction », Les argonautes du Pacifique Occidental, Paris, Gallimard, 1989 (1922).

– Edward E. Evans-Pritchard, « introduction », Les Nuers, Paris, Gallimard, 1994 (1936).

– Loïc Wacquant, Corps et âme, carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Agone, 1999.

Objectivité, Objectivation

Gérard Noiriel, 2010, « Objectivité », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, N. Offenstadt (dir.), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris, Gallimard (folio), pp.792-802.

Sur l’origine du concept et les modes de véridiction à une époque ou dans un milieu donnés

– Tyler Bruge, Origins of Objectivity, Oxford University Press, 2010

– Lorraine Daston, Peter Galison, Objectivity, Zone Books, 2007 (voir le compte-rendu ici)

– Norbert Elias, La société de cour, Flammarion, 1985 [1969, 1933], p. 284-290.

– Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire, 1988 [1979]

Sur les manières pour parvenir :

– William Foote Whyte, Postface (1955), Street Corner Society, La Découverte, 1996 (voir en particulier la postface, écrite 40 ans après l’enquête, sur la nécessité d’expliquer en détail les relations de l’enquêteur à l’enquêté)

-Strauss A., La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan, 1992

– Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La découverte, 2002 [1998]

– Pierre Bourdieu, J.C. Chamboredon, et J.C. Passeron, Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968.

– Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant, « L’objectivation du sujet objectivant », Réponses, Paris, Seuil, 1992, p. 175-185.

– Emile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique,  Flammarion, 1894.

– Hubert M. Blalock, Causal Inferences in Nonexperimental Research. New York, WW Norton & Co, 1980 [1961].

Autres ressources:

Bibliographie du thème d’agrégation 2002-2005 en sciences sociales: « Expliquer et comprendre« .


CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

More Posts

Publié par

CoFSS

Equipe d’organisation de l’atelier CoFSS

10 thoughts on “Bibliographie thématique « Objectivité »”

  1. Pour réagir aux commentaires précédents, je comprends que l’ambiguïté de la notion d’ « objectivité » puisse susciter des réserves. Mais proposer l’ « objectivité » comme rubrique de bibliographie ne signifie de notre part aucun présupposé sur la question de savoir si les sciences sociales sont ou non objectives ni même si elles devraient chercher à l’être. C’est seulement une manière de faire référence à un problème classique d’épistémologie des sciences sociales, identifié sous ce terme depuis, grosso modo, la fin du XIXe siècle.

    Le concept d’objectivité, appliqué à la science ou aux sciences, a, comme le montre Lorraine Daston entre autres (cf le compte-rendu de Morgan Jouvenet sur ce site), une histoire très complexe, et qualifie souvent des démarches intellectuelles très diverses. Il n’empêche qu’on peut, me semble-t-il, trouver quelque chose de commun à toutes ces démarches. L’objectivité, c’est la capacité à (ou l’effort pour) énoncer quelque chose (ou isoler un niveau de description) qui ne soit pas purement subjectif mais sur lequel tout le monde (ou tous les chercheurs du domaine, ou leur majorité) puissent potentiellement s’accorder. Cela renvoie donc à l’effort pour dire quelque chose qui ne soit pas une simple opinion (partiale, locale) – sans pour autant devoir satisfaire une exigence de vérité absolue. Cet effort semble a priori correspondre à une exigence légitime de toute entreprise à prétention scientifique, même si cette exigence n’est pas toujours facile à satisfaire pleinement.

    Remarque importante : l’objectivité ainsi entendue (en épistémologie) est un concept qui s’applique à une science ou à une démarche intellectuelle et non pas directement au réel lui-même. (Il me semble que si on perd cela de vue, alors on s’expose à des confusions, qui empoisonnent d’ailleurs les controverses contemporaines pour savoir si la science est non « objective »). Je veux dire par là que c’est l’historien, ou le sociologue, ou le journaliste… qui sont (ou ne sont pas) « objectifs » – plutôt que les « faits » ou les « données » ou même les théories elles-mêmes (qui ne peuvent être dits « objectifs » ou « subjectifs » qu’en évaluant les méthodes ou des démarches grâce auxquelles ils ont été constatés ou fabriqués). Si on ne définit pas la notion d’ « objectivité » de cette manière, alors le concept devient un synonyme de « réel » ou « vrai » et c’est là qu’il devient flou. Tout l’intérêt de l’analyse de Lorraine Daston est justement de montrer que l’ « objectivité » n’a commencé à être une valeur explicitement revendiquée par les savants pour qualifier la bonne science et les bons savants (= ce qu’elle appelle une « vertu épistémique ») qu’à un moment précis (le milieu du XIXe siècle) alors que la catégorie de vérité, par exemple, est bien plus ancienne (la catégorie d’objectivité s’est partiellement substituée à ce moment-là à d’autres vertus épistémiques comme celle de « fidélité à la nature »).

    La question de l’objectivité se pose aussi pour les sciences de la nature ou les sciences dites dures, surtout dans une philosophie des sciences post-kuhnienne où on a pris conscience du fait que les facteurs extra-scientifiques (préférences métaphysiques, critères esthétiques, mais surtout facteurs sociaux et politiques, voire économiques) peuvent orienter le choix des domaines de recherches et des théories, voire des résultats.
    Mais bien sûr, elle se pose avec une acuité particulière dans les sciences sociales pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il n’est pas certain (ou du moins, cela a été discuté) que ces disciplines disposent de procédures de validation comparables aux sciences de la nature – ou du moins comparables à l’image d’Epinal qu’on se fait des sciences de la nature (= avec des « expériences cruciales » et des preuves) – bref, qu’elle aient des procédures de test qui seraient capables de mettre tout le monde d’accord (cf image standard des sciences humaines, diffusée par Popper et Kuhn, comme étant incapable d’accéder à la falsifiabilité ou au statut de science normale unifiée par l’adhésion à un seul paradigme). D’autre part, parce qu’on a pu soutenir (pour le déplorer ou au contraire pour en prendre acte), que les objets, les concepts et les théories des sciences sociales, voire leurs résultats, sont issus de notre compréhension spontanée de la vie sociale : dans ce cas la question se pose de savoir quelle indépendance ces disciplines ont par rapport aux préjugés, aux idéologies, aux valeurs (aux choix politiques, par exemple) préscientifiques.

    Il me semble que notre groupe de travail a bien vocation à aborder ces questions d’une manière ou d’une autre. Je suis d’accord, après cela, que la valeur d’objectivité peut recouvrir des idéaux épistémiques très hétérogènes ; c’est-à-dire que selon les contextes, on a pu faire reposer l’objectivité des sciences sociales sur l’usage des méthodes quantitatives ; sur la proscription de certaines valeurs morales ; sur l’effort systématique du chercheur pour rechercher les évidences empiriques contraires à sa thèse ; sur son effort pour expliciter les présupposés naïfs antérieurs à son travail de terrain ; sur une certaine forme de behaviorisme, … ou que sais-je encore. Et c’est vrai que tout cela, c’est très différent. On retrouverait, à mon avis, les mêmes ambiguïtés dans le concept d’objectivation.

    Cela dit, je suis tout à fait pour qu’on accole « objectivation » à « objectivité » dans le titre de la rubrique bibliographique. Parce qu’ « objectivation » suggère un processus (un work in progress) plutôt qu’un état final ou un stade de scientificité qu’on aurait définitivement acquis ; et c’est dans doute là une nuance importante par rapport à la manière dont les positivistes du XIXe siècle posaient le problème de l’objectivité dans les sciences.

  2. Sur l’historicité de cette coupure entre « objectif » et « subjectif » :

    Norbert Elias, La société de cour, Flammarion, 1985 [1969, 1933], p. 284-290 (mais il faudrait lire tout le livre pour être parfaitement convaincu par l’argumentation).

  3. Voici une référence qui porte sur la physique quantique, mais utile pour le sociologue.

    Franck Poupeau, compte-rendu de Michel Bitbol, Mécanique quantique. Introduction philosophique, Paris, Flammarion, 1996, in Actes de la recherche en sciences sociales, n°113, juin 1996, pp. 105-107.

  4. Autre référence : Noiriel Gérard, 2010, \Objectivité\, in Delacroix C., Dosse F., Garcia P., Offenstadt N. (eds), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris, Gallimard (folio), pp.792-802.

  5. Je suis d’accord avec les deux remarques sur l’objectivité (le fait que plus on en parle, moins on en fait; et que la question est au moins tout autant de savoir comment y parvenir). Du coup, j’ai remis une catégorie « objectivation ». Je me demande juste si elles sont forcément incompatibles avec une réflexion sur l’objectivité (entendue comme critère de vérité partagé à un moment donné). L’objectivation est alors le moyen de parvenir à l’objectivité (qu’il reste cependant à définir)?
    J’ai mis quelques références à cette fin. On peut bien sûr en rajouter d’autres.
    Et surtout: continuer la discussion.

    1. Pour continuer dans le même sens, la question de l’objectivité se pose à mon avis d’une façon radicalement différente pour chaque objet singulier. Un discours non trivial sur l’objectivité ne peut être, selon moi, qu’un discours sur l’objectivité de tel modèle particulier, relativement à des positions clairement identifiées dans le champ scientifique.

      Et pour ce qui est des sciences sociales, en suivant Halbwachs qui radicalise Durkheim, nos « preuves » (nos objectivations), sont la mise en avant des traces (objectivées) des faits sociaux que nous étudions (je reprends ici Eric Brian et Marie Jaisson, Le sexisme de la première heure. Hasard et sociologie, Raisons d’agir, 2007, p. 250-251).

      « Les mouvements de la vie quotidienne s’inscrivent dans les chiffres de la statistique, dans les monuments de l’histoire, les modes dans les costumes, les goûts dans les œuvres d’art » (Durkheim dans Les Règles).

    2. Merci pour la catégorie « objectivation »!
      Pour poursuivre le débat… Est-ce que ce serait exagérer que de dire que le fait de passer par l’opération dispense précisément de se poser la question peut-être piégée de la définition de l’objectivité ? Si l’on définit l’objectivation comme un ensemble de procédures de construction du fait scientifique, d’opération de rupture et de transformation du matériau empirique en discours scientifique (oui, je sais, « fait », « discours », et « scientifique »,faire intervenir ces termes repose p-ê un chouïa la question de la définition de l’objectivité…), on peut observer ses mises en pratiques dans les sciences sociales, les variations des modes d’objectivation, etc., sans recourir forcément à une définition de l’objectivité?
      Sur l’objectivation entendue en ce sens-là, deux références peuvent à mon avis être rajoutées : du côté de la sociologie bourdieusienne, j’ajouterais Le métier de sociologue à « Comprendre », et du côté interactionniste, Les ficelles du métier de Becker à La Trame de la négociation de Strauss.
      Et pour éclairer l’usage que j’en fais, une référence personnelle – que je peux d’ailleurs plutôt mettre dans la rubrique des textes partagés en « Lecture » :
      – « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, vol. 21, n° 82, 2008, p. 149-167.

  6. Désolée de poster un commentaire qui ne fera pas avancer la bibliographie!, mais pour ma part je suis également un peu réservée sur l’intitulé du thème lui-même (« objectivité ») et j’en profite pour en proposer un autre pour plus tard : « objectivation », qui en tant qu’opération de construction du point de vue scientifique me semble davantage poser la question de « comment on fait des sciences sociales »…

  7. « Ajusté aux classements objectifs », « Les relations objectives entre… », « les transformations objectives de… » : on pourrait multiplier les exemples d’emploi parfaitement superflu du terme « objectif ».
    Ce terme et ses dérivés ne servent souvent qu’à souligner inutilement la scientificité de la démarche.

    A mon avis le mieux est de ne pas les employer.

    Ce qui n’implique pas d’abandonner une tout autre question, celle du caractère objectif ou subjectif de telle observation. Question plus facile à traiter si on la reformule : comment un fait social donné s’est sédimenté en tel ou tel objet, ou dans telle ou telle manière de penser ou d’agir ? Mais là on sort de l’épistémologie.

Les commentaires sont fermés.